Aller au contenu principal
Hector Berlioz

Hector Berlioz

Frédéric Chopin.

Frédéric Chopin.

Hector Berlioz

Hector Berlioz

Date de création : 1860

H. : 115 cm

L. : 82 cm

Huile sur toile

Domaine : Peintures

© RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Lien vers l'image

MV 5459 - 94-051851

La musique romantique en France

Date de publication : Février 2005

Auteur : Jérémie BENOÎT

Face à l’expansion de la bourgeoisie et au culte de l’enrichissement personnel, les artistes développèrent à l’époque romantique une sorte de contre-pouvoir fait de fantaisie, par lequel ils entendaient rendre sa grandeur à l’homme. La révolte devint le moyen d’échapper à une société jugée étriquée, n’offrant aucun avenir. Si les écrivains brandirent le spectre de Napoléon en héros outrepassant les règles sociales pour se libérer (Hugo, Les Misérables, Musset, La Confession d’un enfant du siècle, Stendhal, Le Rouge et le Noir), les musiciens, suivant en cela le modèle allemand (Hoffmann, Schubert), tentèrent aussi d’échapper à des formes artistiques trop rigides.

Chopin, né d’une mère polonaise et d’un père français, s’attacha à développer des préludes, valses et polonaises, Berlioz reprit la formule de la musique à programme (poème symphonique) qu’il introduisit d’abord dans sa Symphonie fantastique (1830), dont la création provoqua un tollé semblable à celui que suscita Hernani  au théâtre. Tous deux furent incompris de leur temps, mais si Chopin devint le symbole du peuple polonais opprimé et mourut phtisique après des amours agitées avec George Sand, Berlioz poursuivit avec insistance une œuvre qui le mena jusqu’à la démultiplication de l’orchestre dans son Requiem. Figurant malgré eux parmi les premiers artistes maudits, ils anticipent sur un type de personnalité artistique qui éclora à la fin du XIXe siècle. Au sein du mouvement romantique cependant, les musiciens français, contrairement à la situation dans d’autres pays, sont relégués derrière les poètes, les dramaturges et les peintres.

Le portrait de Berlioz

Réalisé à partir d’une photographie de Nadar, ce portrait a longtemps été attribué à Daumier. La technique picturale peut en effet justifier cette attribution. Mais il s’agit d’une œuvre de Gill, caricaturiste de journaux (La Lune, L’Éclipse) qui fut une sorte de disciple de Daumier, très engagé politiquement puisqu’il fut directeur du musée du Luxembourg durant la Commune. De Berlioz, l’artiste a retenu le drame intérieur du musicien. Par sa technique, il en accuse les traits presque jusqu’à la caricature. C’est un Berlioz rigide, fermé, entièrement tourné sur son intellect qu’il présente, tout comme Achille Peretti dans le portrait qu’il réalisa du musicien, la tête appuyée sur la main, semblant plongé dans une profonde rêverie (Paris, musée de l’Opéra). Mais c’est aussi la révolte intérieure qu’a peinte Gill : Berlioz, jamais vraiment reconnu de son vivant, semble méditer sur l’injustice face au génie. Il est vrai que la France glorifiait alors Meyerbeer ou Offenbach. C’est en fin de compte le sombre Berlioz des Troyens et de La Damnation de Faust qu’a peint Gill.

Le portrait de Chopin
Âme sensible, Chopin avait été un enfant prodige. Esprit libre, il ne s’attacha qu’au piano qui lui permit d’harmoniser sa vie avec son art. L’œuvre de Couture montre un Chopin inquiet, mais sans la fragilité maladive que d’autres portraits révèlent, en particulier celui de Delacroix, à la touche vibrante bien faite pour évoquer l’esprit rêveur du musicien.

C’est un malentendu – la répression de l’insurrection polonaise par les Russes en 1830 – qui propulsa Chopin au rang de héros national de la Pologne, alors que lui-même ne fit rien pour s’affirmer polonais. Son œuvre ne possède pas véritablement un caractère national malgré les polonaises, pas plus que celle de Berlioz. Celui-ci, très marqué par les tiraillements sociaux de la période romantique dont il eut à souffrir, ne développa que des thèmes à la mode, inspirés de Byron (Manfred) ou de  Goethe (Faust), mais aucun d’eux ne sut s’inspirer comme les Russes ou les Tchèques de thèmes populaires. Leur art n’a de romantique que la forme, par la souffrance et la douleur qu’il dégage, par la recherche de la liberté humaine qui le sous-tend.

Joël-Marie FAUQUET (dir.) Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle Paris, Fayard, 2003.

Romantisme : Le mot est introduit dans la langue française par Rousseau à la fin du XVIIIe siècle. Il désigne par la suite un élan culturel qui traverse la littérature européenne au début du XIXe siècle, puis tous les arts. Rompant avec les règles classiques, la génération romantique explore toutes les émotions données par de nouveaux sujets, en privilégiant souvent la couleur et le mouvement.

Jérémie BENOÎT, « La musique romantique en France », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/musique-romantique-france

La Symphonie Fantastique d'Hector Berlioz décryptée, Philharmonie de Paris.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Franz Liszt au piano : le culte de Beethoven

Franz Liszt au piano : le culte de Beethoven

Danhauser et Liszt en 1838

En 1840, le peintre autrichien Josef Danhauser (1805-1845) reçoit une commande du grand facteur de pianos viennois…

Les Ballets russes

Les Ballets russes

En 1898, Serge de Diaghilev fonde « Le Monde de l’art », association puis revue regroupant plusieurs artistes qui, en marge de l’académisme…

Les Ballets russes
Les Ballets russes
Les Ballets russes
Les Ballets russes
Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

Consommer en musique

Consommer en musique

On trouve tout "Au Bon Marché"

En 1906, déjà connu pour ses cartes postales humoristiques, notamment à thématique militaire, l’artiste Léon…

L'orchestre de l'Opéra

L'orchestre de l'Opéra

Lorsqu’il peignit ce tableau en 1870, Degas connaissait bien l'Opéra. Il avait rencontré des membres de l'orchestre à des soirées musicales chez…

La Famille Mozart

La Famille Mozart

Une famille de musiciens à Salzbourg au XVIIIe siècle

Wolfgangus Theophilus (en italien, « Amadeo »), naît en 1756 à Salzbourg,…

Le Surintendant de la Musique de Louis XIV : Lully

Le Surintendant de la Musique de Louis XIV : Lully

Un portrait d’artiste

Frère du peintre Pierre Mignard, Nicolas Mignard (1606-1668) s’est fait une de ses spécialités de portraiturer des hommes…

Les esclaves et la danse

Les esclaves et la danse

Une main d’œuvre servile peuple en nombre considérable les Antilles et les Amériques proches de celles-ci. Les propriétaires des plantations de…

Les esclaves et la danse
Les esclaves et la danse
Musique, Maestro !

Musique, Maestro !

Paris est une fête

En 1890, le Café-concert des Ambassadeurs fête ses cinquante ans d’existence au milieu des jardins faisant la jonction entre…

Les Chorégies d’Orange

Les Chorégies d’Orange

L’usage moderne d’un monument antique

L’affiche annonçant la « Fête romaine » du 21 août 1869, d’une sobriété…