Crimes de la Commune : Assassinat des otages dans la prison de la Roquette.

Crimes de la Commune : Assassinat des otages dans la prison de la Roquette.

Exécution de Rossel, Bourgeois, Ferré, dans la plaine de Satory à Versailles.

Exécution de Rossel, Bourgeois, Ferré, dans la plaine de Satory à Versailles.

Crimes de la Commune : Assassinat des otages dans la prison de la Roquette.

Crimes de la Commune : Assassinat des otages dans la prison de la Roquette.

Date de création : 1871

Date représentée : 24 mai 1871

H. : 22,1

L. : 26

Appartenant à une série photographique : "Les crimes de la Commune". Photomontage

© Musée de l'histoire vivante de Montreuil - Cliché O. Fryszowski

99 1103/01

Les otages de la Commune de Paris

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

La politique des otages

Dès le 5 avril 1871, la Commune décide en un décret historique « que toutes personnes prévenues de complicité avec le gouvernement de Versailles […] seront les otages du peuple de Paris ». Elle précise en outre dans l’article 5 : « Toute exécution d’un prisonnier de guerre ou d’un partisan du gouvernement régulier de la Commune de Paris sera, sur-le-champ, suivie de l’exécution d’un nombre triple des otages retenus […] et qui seront désignés par le sort. » Ce décret suscite émotion et indignation dans le camp versaillais, de même que chez certains « observateurs » comme Victor Hugo dans son poème « Pas de représailles » (L’Année terrible, 1871). Dans les rangs communards mêmes, cette mesure est souvent désapprouvée, ainsi par Prosper-Olivier Lissagaray, l’un des premiers historiens de la Commune, qui l’évoque comme une « razzia de soutanes ».

Quelques jours plus tard, la Commune propose l’échange de Monseigneur Darboy, l’archevêque de Paris, contre le vieux révolutionnaire Auguste Blanqui retenu prisonnier à Versailles. Les négociateurs versaillais manifestent peu d’empressement à répondre aux propositions des autorités parisiennes. La Commune réitère son offre à plusieurs reprises. Elle en change même les termes puisque, le 14 mai 1871, elle propose de libérer les soixante-quatorze otages qu’elle retenait à Paris contre la libération du seul Blanqui. Thiers refuse la proposition, tandis que son secrétaire Barthélemy Saint-Hilaire ajoute : « Les otages ! Les otages, tant pis pour eux ! » Et si Versailles reprend ses massacres de blessés et de prisonniers, la Commune n’applique d’abord pas son décret. Ce n’est qu’avec la « Semaine sanglante » que Théophile Ferré (1846-1871) signe finalement l’ordre d’exécution de six otages, qui sont passés par les armes le 24 mai dans une cour de la prison de la Roquette.

Photomontages

Le 24 mai 1871, à la Roquette, Monseigneur Darboy, l’abbé Deguerry, trois jésuites et le président de la cour d’appel de Paris, Bonjean, sont exécutés par un peloton composé de fédérés volontaires. C’est cette scène de l’exécution des otages que le photographe Eugène Appert (1831 – vers 1890) a représentée dans un photomontage de sa série intitulée Les Crimes de la Commune. Réalisée dans les semaines qui suivent la fin des événements, cette série tente de combler le manque de photographies des événements les plus marquants de la Commune.

À des fins propagandistes, l’anticommunard Appert distribue les acteurs avec clarté, pour l’intelligibilité de la scène : au premier plan, tournant le dos au spectateur, le peloton des fédérés avec les armes en joue fait face aux six otages alignés le long du mur de la prison. Assurant la liaison entre les deux groupes, quatre hommes sont assemblés à gauche, parmi lesquels le personnage barbu n’est autre que Théophile Ferré.

Ce même Théophile Ferré est présent dans l’autre photomontage d’Appert, issu de la même série, Exécution de Rossel, Bourgeois, Ferré. Devant ses juges du 3e conseil de guerre, Ferré assuma la pleine responsabilité de l’exécution des otages : pour cette mesure et pour son rôle très actif au sein de la Commune, il fut condamné à mort. Organisée conjointement avec celles de Rossel et Bourgeois, son exécution eut lieu au petit matin, au camp militaire de Satory, le 28 novembre 1871, devant cinq mille hommes de troupe et quelques curieux.

Dans ces deux photomontages conçus comme des reconstitutions, on remarque la similitude exacte des dispositifs à l’œuvre. Les mêmes groupes y sont présentés et disposés, opposant les pelotons et les condamnés. Un seul élément diffère d’une image à l’autre : le bourreau des otages est devenu la victime d’un peloton de l’armée dite « régulière ». À dessein, Appert inverse les rôles et oriente différemment les scènes. Dans l’exécution à Satory, il permet au spectateur de se positionner entre le peloton et les condamnés, sensiblement à l’emplacement intermédiaire occupé par Ferré dans la scène de la Roquette. Peut-être faut-il y voir – puisqu’il s’agit de photomontages – une démonstration de sa perception de la légitimité populaire de la justice versaillaise, corrigeant et punissant ceux qu’elle considère comme des usurpateurs et des imposteurs ?

L’expiation des crimes

Ces deux photomontages, qui cherchent à imiter l’enregistrement photographique de scènes réelles, appartiennent à une série d’images où la Commune est réduite à un règne de la violence en proie à l’escalade. Par le succès commercial de cette série abondamment diffusée, le photographe Eugène Appert a ainsi participé à l’entreprise collective d’expiation des crimes de la Commune – l’assassinat des généraux Clément Thomas et Jules Lecomte, l’assassinat de Gustave Chaudey, le massacre des dominicains d’Arcueil, l’assassinat des soixante-deux otages, rue Haxo… – qui motiva par exemple la construction de la basilique du Sacré-Cœur déclarée en 1873 d’utilité publique.

Ces pseudo-photographies furent strictement celles de la mémoire versaillaise de la guerre civile, alors que les images contemporaines d’édifices en ruine et de communards arrêtés qu’a portraiturés Appert servirent d’épouvantail aux vainqueurs et d’icônes aux vaincus.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, [1971], 2 vol., Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

Bertrand TILLIER, « Les otages de la Commune de Paris », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/otages-commune-paris

A voir aussi : un corpus de documents pour la classe consacré à la Commune

http://archives.paris.fr/r/290/la-commune-de-paris/

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'Appel. DEVAMBEZ André

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

La répression populaire de la Commune : Eugène Varlin

Un engagement dans la Commune : Eugène Varlin

Né en 1839 et relieur de son état, Eugène Varlin est représentatif des travailleurs spécialisés qui…

Le mur des Fédérés

Le mur des Fédérés

À la fin de la « Semaine sanglante », le samedi 27 mai 1871, les troupes versaillaises parviennent à investir le cimetière du…

Le mur des Fédérés
Le mur des Fédérés

Paris enflammé par la Commune

Paris en feu

Les premiers incendies particulièrement spectaculaires de la « Semaine sanglante » furent provoqués par les bombardements versaillais…

Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla

Les barricades de la Commune

Parmi les images de la Commune s’impose souvent celle de la barricade avec ses tas de pavés derrière lesquels sont…

Louise Michel et sa légende

La répression des communards : le cas de Louise Michel

Institutrice républicaine, cantinière pendant le siège de Paris, oratrice au club de la…

Louise Michel et sa légende
Louise Michel et sa légende

Henri de Rochefort et les déportés de la Commune

La déportation en Nouvelle-Calédonie

Plus de 4 000 communards furent condamnés par les conseils de guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie…

Courbet à Sainte-Pélagie

La répression des communards illustres et le sort de Courbet

Accusé d'avoir activement participé à la Commune, d'avoir usurpé des fonctions…

La répression de la Commune

La " terreur tricolore "

A la charnière des mois de mai et juin 1871, pendant et après la " semaine sanglante " au cours de laquelle la Commune est…

La répression de la Commune
La répression de la Commune

Les otages de la Commune de Paris

La politique des otages

Dès le 5 avril 1871, la Commune décide en un décret historique « que toutes personnes prévenues de complicité avec le…

Les otages de la Commune de Paris
Les otages de la Commune de Paris