Les Sabines

Les Sabines

Scène de déluge

Scène de déluge

Napoléon Ier en législateur

Napoléon Ier en législateur

Les Sabines

Les Sabines

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1799

Date représentée :

H. : 385 cm

L. : 522 cm

Huile sur toile.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojeda

Lien vers l'image

INV 3691 - 94-060206

Prix décennaux, un débat esthétique

Date de publication : Septembre 2009

Auteur : Guillaume NICOUD

Un débat esthétique impliquant l’Empereur

En 1802, Bonaparte commande à l’Institut de France, qui remplace les académies royales supprimées par la Révolution, un rapport général sur « le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789 ». En 1804, il décrète l’institution de prix décennaux pour récompenser les plus belles réalisations scientifiques, techniques et artistiques produites depuis son coup d’État de 1799. Il entend ainsi célébrer tous les dix ans son accession au pouvoir et glorifier son règne. L’Institut, qui ne lui remettra son rapport qu’en 1808, lui présente en 1810 une sélection qui ne trouve pas entièrement son approbation, notamment pour les arts plastiques, et la remise des récompenses est reportée sine die. Durant l’année, une exposition des œuvres nommées est même organisée au musée Napoléon, en vain.

Les meilleurs sujets d’histoire héroïque

En peinture et sculpture, les prix de première classe sont doubles : ils récompensent les meilleurs sujets d’histoire héroïque et d’histoire nationale.

Pour le prix du « meilleur tableau représentant un sujet honorable pour le caractère national », l’Institut préfère Le Sacre de David (1807) aux Pestiférés de Jaffa de Gros (1804, les deux œuvres sont au Louvre). Il considère par contre la Scène de déluge de Girodet (1806) comme un meilleur tableau d’histoire que Les Sabines de son maître David (1799, idem). D’avis contraire, l’Empereur demande à l’Institut de revoir ses choix. Mais celui-ci persiste à déclarer qu’en la matière, l’œuvre de Girodet constitue la création la plus représentative de l’école de peinture française.

Pour l’Institut, la Scène de déluge supplante Les Sabines par « la pensée poétique et la composition pittoresque [qui] sont entièrement de l’invention du peintre ». Son sujet se veut intemporel et universel, surpassant ainsi la représentation du combat des Sabins contre les Romains qui s’appuie sur des sources textuelles historiques. Sa composition aussi est originale et personnelle tandis que l’Institut reproche à David d’avoir trop tendance à s’inspirer de la statuaire antique. Enfin, le sujet et son traitement sont considérés comme plus vraisemblables, plus proprement picturaux et moins inconcevables qu’une représentation de soldats romains nus en plein combat.

En revanche, pour l’Institut comme pour l’Empereur, le Napoléon législateur commandé à Chaudet pour décorer la salle d’assemblée du Corps législatif (1804, original au musée de l’Ermitage, réplique à Compiègne) offre le meilleur exemple de sculpture à sujet héroïque, à la fois par sa représentation à l’antique du personnage, nu et drapé d’un manteau à « la forme […] dont on fait usage aujourd’hui », et par la « noble et calme sérénité » du traitement du visage qui sied parfaitement au programme.

La nudité héroïque

En sculpture, l’idéalisation que l’Institut prône dans la représentation d’un sujet historique doit tendre à la nudité héroïque. Le procédé s’avère problématique pour figurer l’Empereur, qui est le premier à s’y opposer. L’autre statue de Napoléon commandée à Chaudet pour la colonne Vendôme le figure nu, portant simplement une toge sur le bras (sculpture détruite durant la Commune). Une fois achevée (1810), elle est rapidement hissée à son sommet tandis que, dès sa réception en 1811, la statue colossale L’Empereur en Mars pacificateur par Canova, véritable nu héroïque, est cachée au Louvre. En 1809, Napoléon souhaite que l’Institut intègre le sculpteur italien au concours, mais il ne connaît alors l’œuvre que par la gravure…

Pour pouvoir concourir dans la catégorie suprême du meilleur tableau d’histoire, David doit quant à lui exposer Les Sabines pour la première fois dans un Salon en 1808.

Les Sabines et la Scène de déluge illustrent aussi la suprématie du nu académique en peinture. Le premier tableau représente « l’immobilité succédant à un grand mouvement » (Alexandre Lenoir, in Histoire des arts en France, et description chronologique, 1811), David ayant figuré le moment où Hersilie s’interpose avec succès entre son père le roi des Sabins Tatius et son époux le roi romain Romulus. La Scène de déluge, au contraire, illustre le moment où « une famille surprise pendant la nuit par l’inondation est sur le point d’être engloutie sous les eaux » (Girodet in Œuvres posthumes de Girodet-Trioson, 1829). Les deux tableaux offrent des éléments de beauté idéale, « une noble simplicité et une grandeur sereine » que Winckelmann (in Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture, 1755) admirait dans la statuaire grecque. Mais les attitudes et expressions de la famille que, dans la Scène de déluge, un père tente désespérément de sauver produisent surtout un sentiment de terribilita propre à certaines œuvres de Michel-Ange et au Laocoon, qui touchent au sublime.

Les Sabines peuvent être perçues comme un message de réconciliation après les déchirements révolutionnaires. Avec sa Scène de déluge, Girodet a voulu représenter le désespoir des hommes qui, « au milieu des tempêtes sociales appuient, comme cette famille, leur salut et leur fortune, sur des soutiens pourris ! ». Plus préromantique que classique, cette toile remporte toutefois les suffrages de l’Institut. En fait, ses membres reprochent surtout à David sa participation acharnée à la dissolution de l’ancienne Académie sous la Révolution et son ambition tout aussi nuisible en tant que premier peintre de l’Empereur.

Rendues encore plus célèbres par ce concours avorté – l’Empereur capitulant avant de rendre sa décision finale –, Les Sabines et la Scène de déluge n’entrèrent toutefois au Louvre que sous la Restauration.

Sylvain LAVEISSIERE (dir.), Napoléon et le Louvre, Paris, Fayard : Louvre , cop.2004

Alexandre LENOIR, Histoire des arts en France, et description chronologique, Paris, Musée impérial des monuments français, 1811.

Néoclassicisme : Mouvement artistique qui se développe du milieu du XVIIIe au milieu du XIXe siècle. Renouant avec le classicisme du XVIIe siècle, il entend revenir aux modèles hérités de l’Antiquité, redécouverts par l’archéologie naissante. Il se caractérise par une représentation idéalisée des formes mises en valeur par le dessin.

Académie des beaux-arts : Créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie royale de musique, fondée en 1669, et de l’Académie royale d’architecture, fondée en 1671. Institution qui rassemble les artistes distingués par une assemblée de pairs et travaillant le plus souvent pour la couronne. Elle définit les règles de l’art et du bon goût, forme les artistes, organise des expositions.

Guillaume NICOUD, « Prix décennaux, un débat esthétique », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/prix-decennaux-debat-esthetique

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

 Etablissement de l'Académie des sciences et fondation de l'Observatoire, 1666

Colbert présente à Louis XIV les membres de l’Académie royale des sciences

Le règne de Louis XIV est marqué par une centralisation de toutes les formes de création artistique et intellectuelle au service du prince. Cette…

Les Sabines - Jacques-Louis David

Prix décennaux, un débat esthétique

Un débat esthétique impliquant l’Empereur

En 1802, Bonaparte commande à l’Institut de France, qui remplace les académies royales supprimées par…

Prix décennaux, un débat esthétique
Prix décennaux, un débat esthétique
Prix décennaux, un débat esthétique

Louis XIII sous la figure d’Hercule

Commémorer une victoire contre l’Espagne

Cette œuvre est un portrait du roi Louis XIII en héros mythologique Héraclès-Hercule triomphant. Il s’…

L'atelier de dessin à l'Ecole des Beaux-Arts - Antoine Bail

Le concours du Prix de Rome

L’histoire du prix de Rome de peinture

Institué en 1663 afin de sélectionner les artistes qui seraient admis à séjourner à l’Académie de France à…

Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Autoportrait avec deux élèves - Adélaïde Labille-Guiard

Adélaïde Labille-Guiard

Le triomphe d’une académicienne

En 1785, dans le salon carré du Louvre, non loin du Serment des Horaces de Jacques Louis David (1748-1825),…

Naissance de Vénus - Cabanel

L'Art pompier, un art officiel

Le système des beaux-arts

Au XIXe siècle, le système académique en place depuis le règne de Louis XIV continue à régenter la vie…

L'Art pompier, un art officiel
L'Art pompier, un art officiel
L'Art pompier, un art officiel
L'Art pompier, un art officiel

L’art académique et la peinture d’histoire

La peinture d’histoire, un genre noble

Quand il formula les théories du classicisme en 1667, André Félibien plaça la peinture d’histoire au…

L’art académique et la peinture d’histoire
L’art académique et la peinture d’histoire
L’art académique et la peinture d’histoire
L’art académique et la peinture d’histoire
Portrait du duc de Villars Rigaud Hyacinthe (1659-1743) ,  peintre

Portrait du duc de Villars

Le duc de Villars, maréchal de France

Ce tableau est regardé comme la copie, une dizaine d’années plus tard, d’un premier portrait réalisé en 1704…

Ex-voto pour la guérison de Louis XIV

Une guérison miraculeuse

C’est dans un contexte chargé en émotion et en dévotion que Michel Corneille réalise une vaste huile sur toile exprimant…

Une femme force les portes de l’Académie

L'Académie royale de peinture et de sculpture est fondée sur mandat royal en 1648. Elle constitue l'un des socles institutionnels sur lesquels…