Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine.

Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine.

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1806-1807

Date représentée : 02 décembre 1804

H. : 621 cm

L. : 979 cm

huile sur toile. Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804.

© RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

INV 3699 - 93-001570

  • Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine.
  • Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine.
  • Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine.

Le sacre de Napoléon

Date de publication : Septembre 2020

Auteur : Jérémie BENOÎT

Le sacre de Napoléon I<sup>er</sup>

Le sacre de Napoléon Ier

En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte. Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. Devant son refus, on évoqua le mythe de l’empire carolingien, moins choquant que la monarchie pour les partisans de la république, d’autant que la notion d’empire s’entendait aussi de manière plus abstraite : Bonaparte ou la France révolutionnaire étendaient leur empire sur l’ensemble des territoires conquis.

En avril 1804, le Conseil d’État suggéra officiellement la création de l’Empire, et le Sénat adopta le 18 mai 1804 la nouvelle constitution confiant le « gouvernement de la république » à Napoléon Bonaparte, empereur héréditaire. Ce sénatus-consulte fut validé par plébiscite.

Il convenait alors de donner à la nouvelle dynastie la protection divine du sacre et du couronnement : la cérémonie eut lieu à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804, en présence du pape Pie VII qui, en échange de l’adhésion des évêques de France au Concordat et de leur soumission au pape, accepta de procéder aux deux cérémonies. Sur la façade de Notre-Dame, on dressa pour l’occasion un arc triomphal reposant sur quatre colonnes dont deux symbolisaient les dynasties mérovingienne et carolingienne et deux autres les « bonnes villes de France ». On oublia sciemment les Capétiens.

Contre tout usage, Napoléon souhaita se couronner lui-même et couronner l’impératrice Joséphine, ce malgré le désir du pape de procéder au sacre et au couronnement. Pie VII se contenta de bénir la couronne. David représente le moment où l’empereur couronne Joséphine.

Dans cette vaste frise, on reconnaît autour des trois principaux protagonistes Cambacérès et Lebrun, ex-consuls devenus respectivement archichancelier et architrésorier, Talleyrand, Eugène de Beauharnais, les nouveaux maréchaux ainsi que les sœurs de Napoléon, chargées de porter la traîne de Joséphine. On notera dans la tribune la présence de Madame Mère, qui en réalité était absente lors de la cérémonie. David s’est aussi représenté dans cette tribune, signature traditionnelle dans le milieu artistique. Impressionnante galerie de portraits, le Couronnement est conçu comme la rencontre de deux mondes, l’un sacré à droite descendant vers un monde laïc à gauche. Napoléon est ainsi le lien qui s’établit entre la divinité symbolisée par Pie VII et l’univers républicain duquel il est issu. Seule la haute croix que tient le cardinal Caselli au centre marque le point de rencontre entre ces deux entités.

Toutefois, si solennité il y a, le tableau ne reflète aucun sentiment religieux. Tant il vrai aussi que David, peut-être d’ailleurs inspiré en la circonstance par les compositions plus fastueuses que sacrées de Véronèse (Les Noces de Cana), était sans doute réticent envers l’évolution d’un régime auquel il ne croyait pas. « Je savais bien que nous n’étions pas assez vertueux pour être républicains », avait-il dit au moment du coup d’État de brumaire. S’il avait originellement prévu de peindre une sorte de héros se couronnant dans un geste grandiloquent, il semble avoir finalement réduit son œuvre à un tour de force évoquant la somptuosité et la grandeur du nouveau faste impérial.

Ambitionnant d’être le principal peintre du temps, David, nommé premier peintre le 18 décembre 1805, avait été chargé de représenter les moments forts de la cérémonie du sacre. Outre ce couronnement, il avait à peindre la distribution des aigles, l’arrivée à l’Hôtel de Ville et l’intronisation de Napoléon. Seuls les deux premiers furent réalisés.

David eut aussi pour mission de léguer à la postérité le témoignage de la légitimité du pouvoir impérial. Célébrer consistait à célébrer la nouvelle dynastie. De même que Rubens avait représenté le couronnement de Marie de Médicis, acte qui donna à la régence toute sa légitimité, David immortalisa le couronnement de l’empereur, qui dans l’imaginaire national est aujourd’hui indissociable du chef-d’œuvre du Louvre. En ce sens, le tableau de David est bien une œuvre de propagande, comme toute la production de l’époque napoléonienne. Mais si la composition s’identifie à l’Empire, elle n’en demeure pas moins avant tout un répertoire des personnalités du régime, David faisant en quelque sorte œuvre d’historien. Personne ne perçoit en effet qu’il s’agit avant tout d’un tableau sacré, à l’égal des représentations des souverains médiévaux peints dans les manuscrits. Napoléon lui-même avait dû pressentir le tour de force puisqu’il déclara à l’auteur lors de l’exposition de l’œuvre au Salon de 1808 : « Je vous salue, David. »

José CABANIS, Le Sacre de Napoléon, Paris, Gallimard, coll. « Trente jours qui ont fait la France », 1970, réed. coll. « Folio Histoire », 1994.

François FURET, La Révolution 1770-1880 : de Turgot à Jules Ferry, Paris, Hachette, 1998, réed. coll. « Pluriel », 1992.

Antoine SCHNAPPER, Jacques-Louis David. 1748-1825, catalogue de l’exposition, Louvre, Versailles, musée national du château, Paris, RMN, 1989.

Jean TULARD, Napoléon : le pouvoir, la nation, la légende, Paris, Livre de poche, 1997.

Jean TULARD (dir.), L’Histoire de Napoléon par la peinture, Paris, Belfond, 1991.

COLLECTIF, Procès-verbal de la cérémonie du sacre et du couronnement de Napoléon, Paris, Imprimerie nationale, 1993.

Jérémie BENOÎT, « Le sacre de Napoléon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/sacre-napoleon

Le Sacre de Napoléon à la loupe sur le site du musée du Louvrehttp://musee.louvre.fr/oal/sacre/indexFR.htmlLa notice de l’œuvre sur le site du musée du Louvrehttp://www.louvre.fr/oeuvre-notices/le-sacre-ou-le-couronnementUn dossier consacré à Napoléon Ier sur le site education.francetv.frhttp://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/quatrieme/dossier/napoleonUn article consacré à Jacques-Louis David sur le site du Grand Palaishttp://www.grandpalais.fr/fr/article/jacques-louis-david-1748-1825

Anonyme (non vérifié)

Quelle impression generale ressort de l'oeuvre?
Et que veut signifier l'artiste?

mer 23/01/2013 - 14:37 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjours ,
Quels sont ceux qui sont tenus à gauche par les maréchaux ?
Quels sont ceux qui sont tenus au premier plan a droite ?
Quel traître reçu par David monte qu'il était le peintre de Napoléon?
S'il vous plaît répondez moi vite !! ;) c'est urgent !! /!
Merci d'avance ! ;)

dim 27/01/2013 - 10:01 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
Je voudrais savoir ce qui rattache cette oeuvre à l'école néoclassique réponse urgente svp merci.

dim 27/01/2013 - 15:26 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour, j'ai un dm pour vendredi et une des question est : Qu'est ce qui distingue le sacre de Napoléon Bonaparte de celui des rois de France ? C'est URGENT s'il vous plait merci.

mar 12/03/2013 - 17:49 Permalien
Anonyme (non vérifié)

en quoi cette oeuvre a-t-elle marqué son temp? merci d'avance pour les réponse

dim 17/03/2013 - 12:45 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
Pourquoi le sacre de Napoléon n'a-t-il pas eu lieu à Reims comme le voulait la tradition ?
Je vous remercie d'avance pour vos réponses ! :)

dim 17/03/2013 - 13:33 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour je voulais savoir si par hasard quelqu'un pouvait répondre à la question:

Quelle impression générale ressort de l'oeuvre ?

Merci beaucoup d'avance :)

mer 20/03/2013 - 15:08 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

je tiens à signaler que de nombreuse réponse ce trouvent des les commentaires précédant, ainsi que dans l'article et dans votre livre d'histoire géographie sans aucun doute!

rom22

dim 07/04/2013 - 21:27 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Merci beaucoup pour tout ces renseignements ça m'aide beaucoup pour mon épreuve d'histoire de l'art :D

mar 23/04/2013 - 11:45 Permalien
Anonyme (non vérifié)

j'ai une question, pourquoi Napoléon a-t-il eu besoin d'utiliser de nouveaux symboles?

mar 23/04/2013 - 18:06 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Peut-on rapprocher ce tableau d'autre oeuvres ? Lesquelles ?

mer 15/05/2013 - 21:32 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour
J'avais entendu que Simon Bolivar était dans ce tableau. Si c'est vrai, où est il ?

jeu 06/06/2013 - 10:00 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour, Je passe mon histoire des arts le 10/06 et j'aurais besoin de quelques renseignements. Est-ce que quelqu'un pourrait me répondre à deux de mes questions ? Où-est qu'il y a une rupture et une continuité dans l’œuvre ? et avec quelle autre œuvre peut-on mettre en relation ce tableau ? Merci beaucoup !!

jeu 06/06/2013 - 18:45 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Pour mon épreuve d'histoire des arts, j'ai mis cette oeuvre en relation avec Le Couronnement de Marie de Médicis, de Rubens.
J'espère que ça t'aidera ! Bonne chance !

lun 10/06/2013 - 17:30 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour à tous et à toutes,

Je souhaite reconstituer le sacre de Napoléon 1er avec des figurines "plat d'étain", d'après le tableau de David.
Cela nécessite d'identifier tous les personnages représentés par le peintre, ou au moins leur fonction, pour les anonymes.
Si l'empereur et sa famille, les maréchaux et les grands dignitaires ne posent pas de problèmes, il n'en va pas de même pour les gens d'église, hormis le pape Pie VII.
De même qu'un personnage perché sur un tabouret derrière les soeurs de Napoléon.
Je vous remercie par avance de votre collaboration.
Cordialement,
Messire Louis de Salverte

jeu 11/07/2013 - 14:55 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Salut,pour le mouvement artistique c'est le néoclassicisme pour ceux qui n'arrivaient pas à trouver allez ciao ciao!

mar 10/12/2013 - 17:54 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
Je souhaiterait savoir pourquoi Jaques-Louis David a représenter le couronnement de l' Impératrice Joséphine et non le sacre de Napoléon.
Merci d' avance.

mer 11/12/2013 - 17:09 Permalien
Anonyme (non vérifié)

En fait Jacques-Louis David a bel et bien représenté le sacre de Napoléon mais le couronnement de l'impératrice est inclut dans le sacre alors peut-être que Napoléon lui avait demandé de peindre la partie du sacre ou sa femme elle même est couronnée....

dim 29/12/2013 - 13:16 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour,

mon professeur ma demandé de Montrez que cette peinture est une oeuvre de propagande (au service du pouvoir impérial).

sam 04/01/2014 - 00:06 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Excuser moi mais dans la, partie interprétation, il y a marqué "célébrer consistait à célébrer la nouvelle dynastie". Cela veut dire quoi?
Merci d'avance

sam 04/01/2014 - 10:50 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour
-quelles sont les causes de cet événement?

-quelles sont le consequences immédiates de cet événement?

mer 08/01/2014 - 14:42 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Je vais passer mon oral d histoire des arts et et j ai une question auquel je n arrive pas a répondre:quelle est l attitude du pape?
Merci d avance:)

mer 08/01/2014 - 18:10 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour à tous,

J'ai une fiche histoire des arts à rendre pour vendredi et je voudrais savoir quelle est le moment précis représenté par J.L David j'ai un gros doute c'est pour ça que je vous demande.

Bonne journée.

dim 12/01/2014 - 16:21 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour à tous,

Pour l'autre message que j'ai posté merci de ne pas me répondre car j'ai trouvé. Mais j'ai besoin de votre aide
sur : Qu'Est-ce qui dans cette cérémonie rappelle le sacre des rois de l'ancien régime mais aussi ce que l'on distingue aussi.

J'ai trouvé le cousin carré de velours pour l'instant.

Merci de votre aide et bonne journée.

dim 12/01/2014 - 16:51 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Coucou ;) J'ai un devoir d'Histoire des Arts dans une semaine mais j'ai plusieurs questions concernant des détails de l'oeuvre...
1. Qu'est-ce qui fait penser dans la tenue de Napoléon aux empereurs romains ?
2. Qu'est-ce qui rappelle la monarchie avant la Révolution ?
Merci d'avance,

Aurore D.

Ps : Ce site est formidable ! :-)

jeu 23/01/2014 - 19:02 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour à tous,

Je me pose la même question : "Qu'est-ce qui dans cette cérémonie rappelle le sacre des rois de l'ancien régime mais aussi ce que l'on distingue aussi" et je n'ai toujours pas trouvé la réponse

Merci de me répondre vite

Bonne journée

sam 25/01/2014 - 16:10 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Salut à tous,

je ne voudrait surtout pas que vous oubliiez la couronne car elle fait partie des insignes royaux et elle représente le pouvoir de l'empereur

j'espère que ça va vous aider :)

sam 25/01/2014 - 17:45 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour je voudrais savoir ce qui rappelle dans ce tableau le sacre des rois de l'Ancien Régime???? Merci de me répondre au plus vite!

dim 26/01/2014 - 14:41 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Pour le sacre des rois de l'Ancien Régime il y a le coussin, le carré de velours, la Main de justice, le Sceptre et le Globe surmonté de la croix.

dim 26/01/2014 - 14:44 Permalien
Anonyme (non vérifié)

pourquoi Napoleon est sacré à Notre-Dame de Paris
C'est urgent j'ai un oral demain merci de répondre rapidement svp !!!!

Merci !

mer 29/01/2014 - 16:18 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Quelle cérémonie de l'ancien régime rappele le sacre de napoléon ??

Merci de me repondre au plus vite !

dim 02/02/2014 - 16:19 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour.
Le commanditaire est Napoléon 1er, l'empereur qui se couronne lui-même.
C'est la couronne de Napoléon qui fait penser aux empereurs romains. Tel l'empereur romain Jules César, Napoléon porte une couronne de laurier.
Désolée pour les autres, je ne m'intéresse pas tellement plus à l'oeuvre donc je ne pourrais pas vous répondre.
Au revoir.

mar 11/02/2014 - 23:22 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour à toutes et à tous,
Que choses à dire sur le tableau du sacre de Napoléon Ier !
Sacré, mais pas comme les rois de l'ancien régime, plutôt comme Charlemagne, Napoléon choisit le titre d'empereur.
De même, qu'il ne sera pas sacré à Reims, mais à Paris, en la cathédrale Notre-Dame, il ne recevra pas la couronne des mains d'un prélat de l'église, mais la posera lui-même sur sa tête, alors qu'il a contraint la pape à assister au sacre.
La couronne est différente de celles des rois, et symbolise celle des empereurs de la Rome antique, une simple couronne de laurier.
D'ailleurs, à propos de l'allusion aux empereurs romains, regardez attentivement le tableau du sacre peint par Jacques Louis DAVID ; chaque personnage présent à la cérémonie est fidèlement représenté, à deux exceptions près : dans la loge d'honneur, Laetitia Bonaparte, Madame Mère, figure sur la toile alors qu'elle a boudé le sacre et n'était pas présente ; cette flatterie de DAVID pour satisfaire Napoléon est bien connue.
Ce qui l'est peut-être moins, c'est la présence imaginaire d'un personnage très célèbre : contre l'empereur, juste à droite et en arrière sur la toile, un ecclésiastique a le visage de Jules César ; le peintre l'a copié à partir d'un buste antique.
Vaste symbole que ces deux empereurs sur la même toile !
Bon courage,
Messire Louis

mer 12/02/2014 - 19:03 Permalien
Anonyme (non vérifié)

D'accord pour toutes ces informations et merci, mais je ne vois pas césar exactement, ça serait possible de mettre une photo dans le commentaire qui me répond car je suis vraiment perdu !!!

Merci d'avance
Bonne journée !!!

dim 16/02/2014 - 11:32 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Il me semble que Napoléon a remplacé la fleur de lys (symbole de la monarchie) par des abeilles cousues sur les tissus.

dim 13/04/2014 - 12:55 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Roustina, permettez moi mais il y a rien de anormal dans le sacre c'est juste pour montrer qu'il a évolué

ven 09/05/2014 - 17:31 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Roustina, ce qui est anormal est que ce soit Napoléon qui couronne Joséphine et non le pape.

ven 20/02/2015 - 11:31 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
je voulais savoir quelles sont les influences artistiques du passé, du peintre?
Merci d'avance

lun 13/04/2015 - 19:24 Permalien
Anonyme (non vérifié)

S'il est exact que David ait surtout cherché à faire une oeuvre somptueuse pour la postérité, on ne doit pas oublier la présence de certains symboles religieux comme le crucifix porté par le cardinal Caselli qui sert de ligne médiane au centre du tableau et qui forme un tirangle avec la tête et le bras de l'Empereur. Par ailleurs un deuxième crucifix monumental est bien en vu sur l'autel. On distingue aussi la piéta de Nicolas Coustou. Enfin on voit la lumière arrivée du coin supérieur gauche se diriger sur la tête du nouveau souverain, tel un rappel de l'inspiration divine. Il y a donc à la fois la volonté de souligner une dimension religieuse tout en l'encadrant de références plus profanes dans ce tableau
Cordialement

sam 17/10/2020 - 10:07 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Consulat de la République cisalpine réunie en comices à Lyon

Au terme de la deuxième campagne d’Italie marquée par la victoire de Marengo le 14 juin 1800, les troupes française occupent en grande partie l’…

Sacre de l'empereur Napoléon et couronnement de l'impératrice Joséphine

Le sacre de Napoléon

En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte. Au début de 1803…

ben1_david_001f.jpg

Le Sacre de l’empereur Napoléon Ier : une œuvre clé

Après le consulat à vie établi en 1802, le Conseil d’État, s’inspirant du mythe de Charlemagne, suggère en 1804 l’instauration du régime impérial…

Le divorce de Napoléon et Joséphine

L’institution du divorce

Lorsque le Premier consul Napoléon Bonaparte divorce en 1809 d’avec l’impératrice Joséphine, il tente de se conformer à…

Le divorce de Napoléon et Joséphine
Le divorce de Napoléon et Joséphine

Un jardin à l’anglaise : le domaine de Malmaison

Le domaine de l’impératrice

Cette aquarelle intitulée « Le Temple de l’Amour » s’insère dans une série de douze représentations du domaine de…

L'impératrice Joséphine de Beauharnais (1763-1814) Gérard François Pascal Simon, Baron (1770-1837)

L'impératrice Joséphine

Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie (1763-1814) naquit à la Martinique dans une famille installée aux Iles depuis un demi-siècle. Après une…

Napoléon et la politique des alliances

La politique internationale de Napoléon visant à asseoir sa dynastie le conduisit à se créer des alliés parmi les nouveaux souverains et à s’…

Napoléon et la politique des alliances
Napoléon et la politique des alliances

Le couronnement de Joséphine

Le 2 décembre 1804, Marie-Joseph-Rose de Tascher de La Pagerie, appelée Joséphine par son époux Napoleon Ier[1], est couronnée de sa main…