Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (ébauche).

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (ébauche).

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).

Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 (esquisse).

Date de création : 1791

Date représentée : 20 juin 1789

H. : 66

L. : 101,2

commandé par la société des amis de la constitution pour la salle des séances de l'assemblée nationale en 1790plume et encre brune, avec reprises en certains endroits à la plume et encre noire, lavis brun et rehauts de blanc sur traits de crayon

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

83-000530 / MV 8409 ; INV Dessins 736

Le serment du Jeu de paume, 20 juin 1789

Date de publication : Septembre 2020

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS

Le serment du Jeu de paume

Le serment du Jeu de paume

Cet événement fondateur de la Révolution française constitue une étape symbolique dans la destruction de l’absolutisme.

L’ouverture des états généraux avait suscité une querelle de procédure : le tiers état souhaitait la réunion des trois ordres ainsi que le vote par tête, le vote par ordre donnant nécessairement la majorité au clergé et à la noblesse. Face au refus du roi, le tiers état se proclama Assemblée nationale et appela les deux autres ordres à le rejoindre. Louis XVI fit fermer la salle de réunion des députés. Ces derniers se portèrent alors dans la salle du Jeu de paume. Le 20 juin 1789, ils prêtèrent serment de ne jamais se séparer avant d’avoir rédigé une Constitution.

La scène prend place dans la salle du Jeu de paume dont David dessina l’architecture in situ. Dans la composition d’ensemble connue par le grand et magnifique dessin de Versailles exposé au Salon de 1791, les députés sont regroupés au-delà d’une ligne fictive comme sur la scène d’un théâtre, laissant ainsi au public l’illusion d’appartenir à l’autre moitié (invisible) des spectateurs de la scène. Cette théâtralité est encore relevée par la gestuelle des députés prêtant serment.

Sur la toile inachevée, la nudité suggérée sous les vêtements concourt encore à l’idéalisation de la scène à laquelle David n’assista pas, mais qu’il souhaita hisser au rang d’acte universel. Tous les regards convergent vers Bailly, maire de Paris, ébauché sur la toile au crayon blanc, comme l’ensemble des figures encore nues. C’est Bailly, doyen du tiers état, qui répond au marquis de Dreux-Brézé, émissaire du roi : « Je crois que la nation assemblée ne peut pas recevoir d’ordres. » Sur ces dessins à l’anatomie parfaite, héroïque, sont esquissés les habits à la peinture grise, puis les corps sont à nouveau, toujours nus, remodelés à la peinture grise ombrée de bistre.

Le grand fragment de la toile inachevée de David présente quatre portraits presque finis : Barnave, Michel Gérard, Dubois-Crancé et Mirabeau. Parmi les personnages ébauchés, on distingue Robespierre, Dom Gerle, l’abbé Grégoire, Rabaud-Saint-Étienne, le docteur Guillotin et Treilhard. Quant au grand dessin d’ensemble, même si plusieurs personnages, dont Bailly, y sont déjà reconnaissables, le livret du Salon de 1791 précisait curieusement que « l’Auteur n’a pas eu l’intention de donner la ressemblance aux membres de l’Assemblée ». David n’en avait pas moins commencé à peindre quelques têtes.

David souhaite ici fonder une nouvelle peinture à l’image de la nouvelle France révolutionnaire : toile symbole s’il en est, Le Serment du Jeu de paume aurait dû rivaliser avec L’École d’Athènes d’un Raphaël tant par l’ampleur de la composition que par le souffle qui l’anime, par son théâtral dépouillement, sa pureté inspirée de l’antique, que par l’ordre et la clarté qui président à la distribution des personnages et à la rigueur de l’action. La notion même de serment, symbole de l’engagement de la nation dans son unité indestructible, sera au cœur de tous les grands engagements de la Révolution. C’est l’idée de la fête unificatrice (comme celle de la Fédération) qui préside donc à l’exécution de ce chef-d’œuvre dont la destination, voulue par la Constituante, était la salle des séances de l’Assemblée.

Le destin du Serment du Jeu de paume est à l’image de la mouvance révolutionnaire : la souscription lancée par les jacobins pour financer sa réalisation n’aboutit point. La Constituante décida de financer l’œuvre de David aux frais du « Trésor Public », mais l’engagement progressif de l’artiste dans la Révolution et le fossé qui se creusa entre les modérés et les extrémistes rendirent caduque cette divinisation de l’unité nationale, et la toile ne fut jamais achevée. Elle reçut même, selon le témoignage de Vivant Denon, de nombreux coups de baïonnette lors de l’insurrection du 10 août 1792, alors qu’elle était entreposée dans la Grande Galerie du Louvre.

Philippe BORDES, Le Serment du Jeu de paume de Jacques-Louis David. Musée national du château de Versailles, Paris, RMN, 1983.

Robert FOHR et Pascal TORRÈS, « Le serment du Jeu de paume, 20 juin 1789 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/serment-jeu-paume-20-juin-1789

« L’inachèvement emblématique du Serment du Jeu de paume »" par Laurent Lotyhttp://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=DHS_041_0027#sthash.jlwG2a37.dpuf

Anonyme (non vérifié)

le tableau a t-il été peint au moment de l'événement ?
Pour quelle raison a-t-il été commandé à l'artiste ?

sam 18/01/2014 - 20:01 Permalien
Anonyme (non vérifié)

salut petite question : comment le peintre David souligne t-il l'enthousiasme général que suscite le serment?? et quelle est le contexte??
merci de me repondre

mer 22/01/2014 - 15:27 Permalien
Anonyme (non vérifié)

en quoi le serment du 20 juin est il rèvolutionnaire ? MERCI D AVANCE

mer 22/01/2014 - 18:44 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Quel est le genre auquel l'oeuvre appartient? ( portrait,autoportrait,sujet religieux, sujet mythologique, scene de bataille, paysage,nature morte...)

mar 28/01/2014 - 20:58 Permalien
Anonyme (non vérifié)

" Révolutionnaire" signifie :" qui marque un changement total, drastique (avec ou sans violence)
Ce serment est "révolutionnaire" puisque les députés "jurent de ne pas se séparer (...) avant qu'une constitution ne soit faire pour la France". Or, jusqu'alors : il n'y en avait jamais eu. C'est donc " révolutionnaire"
Jusqu'alors , il n'y avait que des " coutumes" et les "Lois Fondamentales DU Royaume".
C'est "révolutionnaire",aussi car cela se fait sans l'avis du roi,qui est le chef de l'Etat.

jeu 30/01/2014 - 02:01 Permalien
Anonyme (non vérifié)

IL souligne "l'enthousiasme général" : par le fait que TOUS (sauf un) prêtent le serment / par le fait que le PEUPLE ( de Versailles) est aux fenêtres...et par un élément naturel rajoute : le vent !

jeu 30/01/2014 - 02:03 Permalien
Anonyme (non vérifié)

En ce qui concerne la " Tolérance religieuse du futur régime"... nous rappellerons que : 1) C'est Louis XVI,en 1787, par "l'édit de tolérance" qui a rendu tous leurs droits aux chrétiens protestants ! Ils n'avaient donc pas eu à attendre.. la révolution
2) C'est Louis XVI aussi, qui, pour les Juifs,avait aboli le "péage corporel" que ces derniers devaient payer à l'entrée de certaines villes ( appelé aussi "taxe des pieds fourchus"),et qu'après que Malesherbes lui eut fait l'édit pour les protestants...Louis XVI lui dit :" Malesherbes, je vous fais JUIF" Manière de dire :" Faites moi le même texte pour les Juifs". Mais la révolution est arrivée et c'est ellle qui a "fini le travail"
Pour ce qui est de la "tolérance religieuse du futur régime" ( je précise que je suis athée)/...je vous renvoie à tout ce que ce régime fera, sous Robespierre CONTRE le christianisme : fermeture des églises ; remplacement du calendrier chrétien; persécutions des religieux; confiscation (avant cela) des "biens du clergé"; suppression des ordres religieux; transformation d'églises...en étables (!!!); destructions totales de monastères etc etc...

jeu 30/01/2014 - 02:19 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Ce tableau est édifiant...on y voit Bailly, futur maire de paris, "président" du groupe des députés du Tiers état, qui lit le serment...et qui finira, comme beaucoup de gens de ce tablau : guillotiné !!
A ses pieds, à droite : le bourreau ...Robespierre !

jeu 30/01/2014 - 02:21 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Je voudrais savoir quel est la nature, le support, le thème du tableau ?
Et de quel camps était Jacques Louis DAVID lorsqu'il a peint cette œuvre ?

Merci de me donner une reponse au plus vite.
Au revoir.

sam 01/02/2014 - 15:38 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Quels sont les effets de couleurs et de technique sur le tableau ?
Merci d'avance :)
Signé un 4ème, qui a besoin d'une réponse.

lun 03/02/2014 - 19:00 Permalien
Anonyme (non vérifié)

"les effets de couleur et de technique"?? Les effets de couleur(s) = aucune idée "De technique"= Il y une "ligne centrale", en verticale, qui passe par "Bailly" et l'on remarque que l'on peut aussi " couper le tableau en deux" , à l'horizontale : - partie basse = la scène des députés
-partie haute = le peuple aux fenêtres
J'y pense tout à coup = le peuple est en hauteur...car il est désormais "souverain"? " Souverain" = être supérieur à... !!!

mer 12/02/2014 - 15:08 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjours, je voudrais savoir ou le tableau etait destiné a l'epoque, quand Jaque Louis David la peint. Merci de me répondre rapidement,
cordialement

lun 10/03/2014 - 17:34 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Merci ces informations m'ont été très utiles pour un devoirs!

lun 07/04/2014 - 19:59 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,j'aimerai savoir quel problème technique se pose à David pour représenter les personnages et quelles attitudes adoptaient-ils? Merci par avance.

jeu 08/05/2014 - 12:56 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjuor! je voudrais dir MERCI pour ces information, m´ont etes tres utile!!! je suis de Argentina!

mer 13/08/2014 - 17:13 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Merci pour ces informations tres serviables j ai reussi a avooir une tres bonn notes avec ces informations. Merci encore une fois

lun 10/11/2014 - 17:15 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
J'aimerais savoir l'historique de l'oeuvre, c'est-à-dire, que lui est-il arrivé est ce qu'elle à été volée ou abimée ou autre chose de ce genre ...

Merci d'avance

mar 03/02/2015 - 19:01 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour, j'ai un devoir à faire sur ce tableau et ce site est vraiment super!! Il y a énormément d'information!! et j'ai pu comprendre beaucoup de choses!! Je voudrais juste savoir à quel genre appartient cette œuvre?
merci d'avance

mer 18/03/2015 - 17:25 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
David n'a jamais achevé son oeuvre. Comme le précise l'auteur, en 1792, elle a effectivement été abimée (de 7 coups de baïonnette).
Pour compléter notre étude, et pour plus de détails, vous pouvez aller voir l'article de Laurent Loty "L'inachèvement emblématique du Serment du Jeu de Paume" : http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=DHS_041_0027

A bientôt,

Juliette

mer 22/04/2015 - 09:53 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour
merci pour toutes les info, mais dans le document, on parle de beaucoup de personnages. C'est cool, mais où ils étaient ?? Parce que on sait que leur visages sont abimmés, mais pour les reconnaître, bonne chance !!!

mar 13/12/2016 - 18:21 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur