Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam.

Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam.

Bivouac de Napoléon sur le champ de bataille de Wagram.

Bivouac de Napoléon sur le champ de bataille de Wagram.

Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam.

Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam.

Date de création : 1808

Date représentée : 25 octobre 1806

H. : 189

L. : 285

(25 octobre 1806). Peinture à l'huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - D. Arnaudet

http://www.photo.rmn.fr

77EE1343/MV.1721

L'aura napoléonienne

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Jérémie BENOÎT

Tous les tableaux napoléoniens déclinèrent les faits et gestes de l’Empereur, décrivant tous les aspects de sa personnalité, celle d’un souverain providentiel. Ce furent donc essentiellement des actions positives qui furent peintes, auxquelles répondaient en contrepoint les caricatures, cherchant à montrer la face cachée du héros que donnait à voir la propagande officielle. Napoléon devint ainsi un ogre, un usurpateur, un aventurier, un assassin. Il fut même assimilé au diable et à la bête de l’Apocalypse. Ce n’était que la réponse à certains tableaux qui, essayant d’échapper à la simple narration, tentèrent de montrer le lien cosmique qui unissait l’Empereur au sacré. C’est en ce sens qu’il convient d’analyser les deux tableaux de Ponce-Camus et de Roehn, particulièrement appréciés de l’Empereur qui les plaça dans ses appartements de Trianon.

Napoléon au tombeau du grand Frédéric à Potsdam de Marie-Nicolas PONCE-CAMUS

Après la victoire d’Iéna, le 14 octobre 1806, Napoléon marcha sur Berlin où il entra le 27 octobre. Ce fut pour lui l’occasion de se rendre sur le tombeau de l’ancien souverain Frédéric II, mort en 1786, qu’il admirait à la fois pour sa gestion efficace et pour la solidité de ses vues militaires, notamment lors de la guerre de Sept Ans. Arrivé à Potsdam le 25 octobre 1806, il trouva dans le château de Sans-Souci l’épée, la ceinture et le grand cordon de l’Aigle noir portés par le défunt roi. Il s’en saisit en disant : « J’aime mieux cela que vingt millions. » Il les envoya aux Invalides « comme témoignage des victoires de la Grande Armée et de la vengeance qu’elle a tirée des désastres de Rossbach » (1757). En réalité il s’agissait bien plus de prendre l’épée du roi, aujourd’hui conservée au musée de l’Armée, comme pour s’attacher sa mémoire. Car l’Empereur avait déjà su rendre hommage à celui qu’il admirait tant.

Ce fut le 26 octobre qu’il se rendit sur le tombeau de Frédéric, accompagné de Duroc, de Berthier et du comte de Ségur. Là, dans une pénombre éclairée par des torches, il se recueillit une dizaine de minutes, ce que traduit le tableau de Ponce-Camus, élève de David. Mais en réalité, il descendit seul à la crypte, accompagné seulement du porte-clefs Geim, sacristain. A côté de celui-ci, représenté à gauche dans le tableau, se tient le valet Tenerani, mis à la disposition de l’Empereur par le roi de Prusse. Par la symbolique attachée à la rencontre entre Napoléon et Frédéric II, l’œuvre apparaît comme l’un des moments forts de l’épopée napoléonienne, puisque l’Empereur semble plongé dans une profonde méditation, comme s’il cherchait à s’inscrire dans l’Histoire, comme s’il se présentait comme l’héritier direct de l’Etat prussien, état éclairé par son souverain, le roi Frédéric, sur le modèle duquel il fonda en partie l’Empire.

Bivouac de Napoléon sur le champ de bataille de Wagram d'Adolphe Roehn

Après la difficile bataille d’Essling, Napoléon ne parvint à vaincre les Autrichiens qu’à Wagram, les 5-6 juillet 1809. Dur combat de deux jours qui obligea l’Empereur à dormir sur le champ de bataille au milieu de ses troupes. Procédant comme Ponce-Camus, Roehn a profité du fait qu’il s’agissait d’un sujet nocturne pour peindre un Napoléon qui, bien qu’endormi, semble surtout songer à son plan de bataille. En plaçant l’Empereur assoupi devant un feu, l’artiste produit un effet d’apparition qui semble grandir le souverain plongé dans ses pensées. La lumière lunaire, par un habile clair-obscur, ajoute encore à cette impression de rêverie, et l’Empereur semble baigner dans le silence respectueux dont l’enveloppent ses maréchaux, groupés autour d’un héros cosmique dont la pensée paraît s’échapper vers le ciel avec la fumée du feu. Les fidèles rassemblés autour de Napoléon le regardent comme s’ils révéraient un surhomme guidé par la providence. Leurs regards expriment l’admiration, voire l’amour qu’ils portent au souverain.

Très tôt diffusé par la gravure ou reproduit sur les porcelaines, ce tableau fut surtout interprété comme un bivouac d’Austerlitz, bataille plus célèbre que Wagram. Il fut l’une des œuvres qui ouvrirent la voie à la légende napoléonienne.

La plupart des tableaux napoléoniens montrent l’homme d’action. Ces deux œuvres au contraire s’efforcent d’illustrer la réflexion politique de l’Empereur. Pour cela, les artistes ont choisi la lumière nocturne et les flammes tremblantes du feu, plus aptes à évoquer la secrète élaboration des pensées qu’un personnage aussi grand que Napoléon concevait nécessairement sans pouvoir être compris, même de ses amis. Nous avons donc bien affaire à des tableaux de propagande. Mais au lieu de jouer sur le registre de l’éclat de la gloire ou de la mystique du sacré, ils s’attachent à présenter les vues impénétrables de l’Empereur qui en sont à l’origine, tel un mystère d’inspiration divine, tout comme l’était l’homme devenu empereur.

Jacques BAINVILLE Napoléon Paris, Fayard, 1931, rééd.Balland,1995.Louis BERGERON L’Episode napoléonien.Aspects intérieurs.1799-1815 Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.Les Peintures , 2 vol.Paris, RMN, 1995.Roger DUFRAISSE, Michel KERAUTRET La France napoléonienne.Aspects extérieurs Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1999.Annie JOURDAN Napoléon, héros, imperator, mécène Paris, Aubier, 1998.Gunther E.ROTHENBERG Atlas des guerres napoléoniennes : 1796-1815 Paris, Autrement, 2000.Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.Jean TULARD, Louis GARROS Itinéraire de Napoléon au jour le jour.1769-1821 Paris, Tallandier, 1992.Collectif De David à Delacroix , catalogue de l’exposition au Grand-PalaisRMN, Paris, 1974-1975.Collectif Dominique Vivant Denon.L’œil de Napoléon catalogue de l’exposition au LouvreParis, RMN, 1999-2000 Jacques BAINVILLE Napoléon Paris, Fayard, 1931, rééd.Balland,1995.Louis BERGERON L’Episode napoléonien.Aspects intérieurs.1799-1815 Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1972.Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.Les Peintures , 2 vol.Paris, RMN, 1995.Roger DUFRAISSE, Michel KERAUTRET La France napoléonienne.Aspects extérieurs Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1999.Annie JOURDAN Napoléon, héros, imperator, mécène Paris, Aubier, 1998.Gunther E.ROTHENBERG Atlas des guerres napoléoniennes : 1796-1815 Paris, Autrement, 2000.Jean TULARD (dir.) Dictionnaire Napoléon Paris, Fayard, 1987.Jean TULARD (dir.) L’Histoire de Napoléon par la peinture Paris, Belfond, 1991.Jean TULARD, Louis GARROS Itinéraire de Napoléon au jour le jour.1769-1821 Paris, Tallandier, 1992.Collectif De David à Delacroix , catalogue de l’exposition au Grand-PalaisRMN, Paris, 1974-1975.Collectif Dominique Vivant Denon.L’œil de Napoléon catalogue de l’exposition au LouvreParis, RMN, 1999-2000

Jérémie BENOÎT, « L'aura napoléonienne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/aura-napoleonienne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La bataille de Valmy - 20 septembre 1792

La fuite du roi en juin 1791 est significative de son refus d’une monarchie constitutionnelle et met en évidence sa collusion avec les puissances…

La bataille de Valmy - 20 septembre 1792
La bataille de Valmy - 20 septembre 1792

La reprise de Mondement

La reprise de Mondement

La guerre commence le 3 août 1914. Assez rapidement, les Britanniques sont battus à Mons, et les Français sur la Sambre et…

La reprise de Mondement
La reprise de Mondement

Verdun

La guerre de 1914-1918 a fortement marqué les peintres comme la grande majorité des artistes et intellectuels de l’époque. Qu’ils soient mobilisés…

Guerre de Vendée

A l’automne 1793, la Terreur, institution administrative et judiciaire décrétée par la Convention nationale pour épurer le pays de ses ennemis…

La Marne, où tout commence, où tout finit ?

Deux batailles pour une Victoire à plusieurs

La première bataille de la Marne se déroule début septembre 1914 et permet aux armées franco-anglaises…

Bir Hakeim

La France libre au combat

Destinées à une documentation militaire et stratégique mais aussi diffusées auprès du public, les images des combats de…

Bir Hakeim
Bir Hakeim
Bir Hakeim

La prise d'Alger

Les débuts de la conquête de l’Algérie

Depuis longtemps la France, comme les autres puissances européennes, avait eu à souffrir du gouvernement…

Prise du fort de Fautahua à Tahiti

Principale île de l’archipel de la Société, Tahiti fut découverte en 1767 par Wallis, que suivirent Bougainville et Cook, et dut son immense…

Prise du fort de Fautahua à Tahiti
Prise du fort de Fautahua à Tahiti
Verdun - Fernand Léger

Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de Fernand Léger

Représenter la guerre

La guerre de 1914-1918 opéra une rupture sans précédent dans l’histoire des manières de combattre : la guerre de mouvement…

Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger
Le cubisme sur le front : les dessins de guerre de  Fernand  Léger

La bataille d'Isly

Malgré le traité de la Tafna signé en 1837, qui reconnaissait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’Algérie, celui-ci n’avait de cesse de vouloir en…