Bataille de Somo Sierra, 30 novembre 1808.

Bataille de Somo Sierra, 30 novembre 1808.

Date de création : 1810

Date représentée : 30 novembre 1808

H. : 242 cm

L. : 306,5 cm

huile sur toile

© Château de Versailles, Dist. RMN - Grand Palais / Jean-Marc Manaï

Lien vers l'image

MV 5562 - 12-515269

La bataille de Somo-Sierra (30 novembre 1808)

Date de publication : Septembre 2006

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS

La bataille de Somo-Sierra (30 novembre 1808)

La bataille de Somo-Sierra (30 novembre 1808)

Les difficultés internes de l’Espagne et les nécessités du maintien du blocus continental établi par décret à Berlin le 21 novembre 1806 poussèrent Napoléon à s’emparer de l’Espagne. Il déposa le roi Charles IV et attribua le trône à son frère aîné Joseph Bonaparte (Corte, 1768-Florence, 1844). Après la terrible répression du soulèvement du peuple de Madrid les 2 et 3 mai 1808, immortalisée par Goya, l’insurrection gagna l’Andalousie où elle dégénéra en atrocités des deux côtés. Face à la menace créée par le débarquement anglais au Portugal, Napoléon décida d’intervenir personnellement de novembre 1808 à janvier 1809. Des victoires rapides comme celles de Burgos (10 novembre), Tudela (23 novembre) et Somo-Sierra (30 novembre) lui ouvrirent la route de Madrid.

« L’Empereur, marchant sur Madrid par la route de Buitrago, rencontra dans la montagne de Somo-Sierra 13 000 Espagnols, qui, à l’aide de leur position formidable, espéraient en défendre le passage. Arrivé près du sommet de la route, l’Empereur ordonne l’attaque ; aussitôt l’infanterie française gravit à droite et à gauche les pentes escarpées de la montagne et engage le feu avec l’ennemi, qu’un épais brouillard cachait encore. La route était coupée par plusieurs fossés que l’ennemi avait creusés pour embarrasser la marche ; cependant, l’Empereur ayant donné le signal, le général Montbrun, à la tête des braves Polonais de la garde impériale, formant l’avant-garde de ce corps d’élite, franchit ces obstacles, et se précipite sur une batterie de seize pièces de canon défendues par l’infanterie. L’effet de la poudre dissipait les nuages de la montagne, et l’on vit cette heureuse intrépidité couronnée du plus brillant succès [C’est le moment que le tableau représente.] L’armée espagnole fut sabrée et mise en fuite, et l’Empereur arriva le lendemain aux portes de Madrid qui ne tarda pas à se rendre. » (Livret du Salon de 1810, n° 495.)

Outre la volonté évidente de glorifier l’héroïsme de l’armée impériale, en particulier celui des chevau-légers recrutés parmi la jeune aristocratie polonaise, le sens de cette composition due à un peintre officiel est à lire dans les détails mettant en scène l’Empereur qui découvre ici un charnier de soldats français : on le voit reprocher à un colonel espagnol la cruauté avec laquelle ses compatriotes ont assassiné des prisonniers français dont les corps gisent sous l’arche d’un pont. Le colonel espagnol répondit : « Je suis à votre disposition », ce qui désarma le vainqueur. Au premier plan au centre, le prisonnier français, capturé avec ses compagnons d’armes dans une bataille précédente et contraint de servir parmi les Espagnols, découvre à ses compatriotes, qui viennent de le libérer, la croix de la Légion d’honneur et sa cocarde qu’il a cachées sur son cœur. Face à ces témoignages de bravoure et de hauteur d’âme propres aux troupes françaises, l’armée espagnole en déroute sous les feux des canons semble vouée à l’anonymat : on est loin ici de l’interprétation critique de la guerre d’Espagne que le baron Lejeune livrera sous la Restauration, dans sa représentation de l’assaut du monastère de San Engracia (1827, musée national du Château de Versailles).

Yveline CANTAREL-BESSON, Claire CONSTANS Bruno FOUCART Napoléon Images et histoire. Peintures du château de Versailles (1789-1815)Paris, RMN, 2001.Roger DUFRAISSE et Michel KERAUTRET La France napoléonienne. Aspects extérieurs Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1999.Gunther ROTHENBERG Atlas des guerres napoléoniennes 1796-1815 Paris, Autrement, 2000.Jean TRANIE et Juan-Carlos CARMIGNANI Napoléon : la campagne d'Espagne : 1807-1814 Paris, Pygmalion, 1998.

Personnages représentés : Napoléon Ier ;  Claude-Victor Perrin dit Victor, duc de Bellune ;  Henri-Amédée, comte de Turenne ;  Alexandre-Urbain Yvan ;  Louis-Alexandre Berthier, prince de Wagram ;  Jean-Baptiste Bessières, duc d'Istrie ;  Antoine-Jean-Auguste Durosnel ;  Louis-Michel, baron Letort de Lorville ;  François-Gédéon, comte Bailly de Monthion ;  Nicolas-Bernard, baron Guiot de Lacour

Robert FOHR et Pascal TORRÈS, « La bataille de Somo-Sierra (30 novembre 1808) », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/bataille-somo-sierra-30-novembre-1808

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Episode du siège de Saragosse : assaut de San Engracia - Louis-François Lejeune

Le siège de Saragosse

Depuis 1808, l’Espagne était livrée à une guerre complexe et cruelle entre les occupants français et les révoltés animés d’un fort sentiment…

Le Courage guerrier - Baron Gérard

Regards sur les guerriers gaulois

À l’origine étaient les Gaulois

Jusque dans les années 1820, l’histoire de France se fonde sur celle des princes dont les historiens dressent les…

Regards sur les guerriers gaulois
Regards sur les guerriers gaulois
Regards sur les guerriers gaulois

Mac Mahon, maréchal et duc d'Empire

Maréchal et duc d’Empire

Issu d’une famille d’origine irlandaise, Mac-Mahon est sorti de Saint-Cyr en 1827 avant d’acquérir une brillante…

La bataille d'Isly

Malgré le traité de la Tafna signé en 1837, qui reconnaissait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’Algérie, celui-ci n’avait de cesse de vouloir en…

La bataille des Pyramides

L’Egypte ottomane est une base idéale pour arrêter la domination commerciale des Anglais en Inde. L’expédition ayant pour but l’occupation du…

La bataille des Pyramides
La bataille des Pyramides

Prise du fort de Fautahua à Tahiti

Principale île de l’archipel de la Société, Tahiti fut découverte en 1767 par Wallis, que suivirent Bougainville et Cook, et dut son immense…

Prise du fort de Fautahua à Tahiti
Prise du fort de Fautahua à Tahiti

Episode du siège de Rome : prise du bastion n° 8 à la porte de San Pancrazio, le 30 juin 1849

Malgré la promulgation d’une constitution libérale en mars 1848, la popularité du pape Pie IX ne résista pas à son refus de rompre avec l’Autriche…

Napoléon au combat

Formé à l’Ecole militaire de Brienne puis à l’Ecole militaire de Paris, Napoléon Bonaparte en sortit sous-lieutenant d’artillerie en 1785. Homme…

Napoléon au combat
Napoléon au combat

La Bataille de Fontenoy

Du « Bien-Aimé » au « Mal-Aimé »

Louis XV jouit du titre glorieux de « Bien-Aimé » pendant toute la première moitié de son règne. Sa popularité…

La Bataille de Fontenoy
La Bataille de Fontenoy

La conquête de Constantine (1836/1837)

Les difficultés de la France pour conquérir le Constantinois

Si la conquête de l’Algérie décidée par Charles X en 1830 et poursuivie par son…

La conquête de Constantine (1836/1837)
La conquête de Constantine (1836/1837)
La conquête de Constantine (1836/1837)