Portrait d'henri IV en Hercule terrassant l'hydre de Lerne

Portrait d'henri IV en Hercule terrassant l'hydre de Lerne

Henri IV terrassant l'hydre

Henri IV terrassant l'hydre

Portrait d'henri IV en Hercule terrassant l'hydre de Lerne

Portrait d'henri IV en Hercule terrassant l'hydre de Lerne

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : vers 1600

H. : 91 cm

L. : 74 cm

huile sur toile. Auteur : Anonyme français, Ecole de Fontainebleau, cercle de Toussaint Dubreuil.

© RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Lien vers l'image

11-518873 / R.F. 1997-13

Henri IV terrassant l’hydre

Date de publication : Novembre 2020

Auteur : Sonia DARTHOU

Un portrait mythologique dans un contexte de guerres civiles

Ces deux tableaux, malgré leur écart chronologique de deux siècles, sont des portraits officiels du roi Henri IV représenté en Héraclès (Hercule) vainqueur du monstre mythologique l’hydre de Lerne.

Le tableau aux accents maniéristes (théâtralité de la scène, recours au symbolisme, contraste entre la figure royale et l’arrière-plan), conservé au musée du Louvre, est une huile sur toile d’un anonyme français attribuée à l’entourage du peintre Toussaint Dubreuil (1561-1602), un des artistes de prédilection d’Henri IV.

Le tableau de Jean-Baptiste Maréchal (actif entre 1779 et 1824), peintre et dessinateur qui a réalisé plusieurs portraits du roi, est également une huile sur toile qui présente Henri IV de manière allégorique, dans un schéma similaire, montrant la permanence et la pertinence de la mythologie dans l’iconographie royale.

Ces œuvres, qui s’inscrivent dans le programme artistique de propagande politique de la monarchie, doivent s’appréhender à la lumière des guerres de Religion, qui ont remis en cause la légitimité du roi. C’est dans ce contexte que la monarchie déploie une « campagne médiatique » en utilisant la force symbolique des héros antiques. On assiste alors à une multiplication de portraits mythologiques qui affichent publiquement l’autorité supérieure du roi et sa lutte victorieuse contre le désordre et la rébellion.

Henri IV, un nouvel Hercule

Ces deux tableaux proposent des portraits d’Henri IV qui l’assimilent au héros grec Héraclès, le puissant fils de Zeus, dans son deuxième travail : vaincre l’hydre de Lerne.

Sur le tableau du Louvre, le roi est peint de manière paradoxale, son visage à la barbe blanchie affichant l’empreinte de l’âge tandis que son corps, athlétique, évoque la jeunesse des héros. Habillé à l’antique, dans une architecture moderne, Henri IV s’arroge les attributs herculéens : la léonté, peau du lion de Némée vaincu dans son premier travail, nouée sur ses épaules, et la massue qui est son arme canonique.

Sur le deuxième tableau, daté de 1782, l’iconographie royale appartient plus à son siècle. Le roi est représenté dans une pose élégante, vêtu du costume royal traditionnel, chaussé de brodequins, tenant son épée, surplombé d’un décor de fruits, et portant la fraise et la Croix de l’ordre du Saint-Esprit qui affiche son engagement catholique.

Sur les deux œuvres, le roi foule à ses pieds l’hydre de Lerne, un monstre tentaculaire du Péloponnèse au corps reptilien et à l’haleine pestilentielle, dont les multiples tentacules sont surmontés de têtes qui ont la capacité de renaître d’elles-mêmes. Les deux peintres ont mis en valeur la gueule ouverte de ce monstre dévorant vaincu par la force écrasante du roi, créant ainsi un véritable télescopage historique entre Antiquité et modernité.

La mythologie au service du politique

Ce deuxième travail d’Héraclès a un grand succès à travers l’histoire de l’art, car l’hydre devient un symbole du désordre, de la rébellion, de l’ennemi insidieux qui se déplace, disparaît pour renaître, infecte le pays et sème la discorde. Alors que l’hydre était associée au protestantisme par les Valois, Henri IV reprend habilement cette allégorie mythologique pour, cette fois, l’associer à la Ligue catholique qui, en s’opposant à son pouvoir, incarne alors l’insoumission et la division. Dans ce climat de guerres civiles, la Ligue catholique de France, menée par Charles de Mayenne, tente de déstabiliser le pouvoir royal qui ne sera assuré qu’en 1593, quand Henri IV abjure le protestantisme, et, surtout, après son sacre en 1594 et l’édit de Nantes en 1598, qui met fin aux guerres de Religion.

Ces portraits d’Henri IV modifient les codes iconographiques antiques de la légende d’Héraclès contre l’hydre de Lerne dans une optique de propagande royale. Ce n’est plus, comme dans l’Antiquité, un combat face à face entre Héraclès et le monstre qui est représenté, pour mettre notamment en avant les qualités athlétiques du héros dans une société qui privilégie le duel épique. Dans ces œuvres, malgré l’écart chronologique, Henri IV demeure le sujet principal du tableau qui focalise le regard du spectateur : il écrase l’hydre vaincue afin de mettre en avant la figure du roi qui a restauré l’ordre et l’unité du royaume. Héroïsé par ces portraits qui participent habilement à sa politique de communication pour restaurer et asseoir durablement sa légitimité, Henri IV se présente comme un nouvel Hercule, triomphateur, civilisateur et pacificateur.

BARDON Françoise, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII : mythologie et politique, Paris, A. et J. Picard, 1974.

EL KENZ David, « Le roi de France et le monstre dans les gravures : genèse et déclin politique d’une image aux XVIe et XVIIe siècles », dans GIRAULT René (dir.), L’image du pouvoir dans le dessin d’actualité : le temps des monarques, le temps des chefs, le temps des leaders, Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 28, 1992, p. 3-7.

VIVANTI Corrado, Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henri IV, Paris, Desjonquères, coll. « La mesure des choses », 2006.

Maniérisme : Courant artistique né en Italie au XVIe siècle, que l’on considère comme la dernière phase de la Renaissance. Il tire son nom du mot italien maniera, utilisé pour désigner le style personnel d’un artiste. Pour les peintres qui se rattachent à ce courant, l’effet de style prime sur l’équilibre et l’harmonie. Ils se distinguent par une élégance du dessin, des compositions complexes privilégiant tensions et déséquilibres, une distance par rapport à l’imitation servile de la nature.

Valois (dynastie des) : Dynastie de rois de France qui règne de 1328 à 1589, de la fin de la dynastie des Capétiens directs, c’est-à-dire de Charles IV le Bel, au dernier des Valois, Henri III.

Bourbons (dynastie des) : Maison royale de France rattachée à la dynastie capétienne, qui succède aux Valois. Elle est portée au pouvoir par Henri IV (1553-1610).

Sonia DARTHOU, « Henri IV terrassant l’hydre », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 29/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/henri-iv-terrassant-hydre

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Inauguration de la statue équestre d'Henri IV sur le Pont-Neuf, 25 août 1818

Inauguration de la statue équestre d'Henri IV sur le Pont-Neuf, 25 août 1818

La gloire d’Henri le Grand

La légende dorée d’Henri IV avait, dans les arts plastiques, connu un vigoureux regain au XVIIIe siècle, en particulier…

Le couronnement de Marie de Médicis

Peindre la reine en majesté

Cette toile clôt la partie gauche de la galerie consacrée par Rubens à Marie de Médicis. Elle suit La remise de la…

La colonnade du Louvre

Les avatars d’un projet architectural

Au début du règne de Louis XIV, le Louvre et les Tuileries constituent les résidences privilégiées du…

Louis XIII, « une foi, une loi, un roi »

Le portrait d’un peintre baroque

Cette composition serait une réplique d’atelier d’une toile de Simon Vouet conservée à Versailles. Due à l’…

Le départ d’Henri IV pour la guerre et la remise de la régence

Une grande galerie pour une grande reine

Cette toile appartient à un cycle commandé par la reine Marie de Médicis au peintre Rubens en 1622.…

L’assassinat de Concini

Dire l’événement en vignettes

Le 24 avril 1617, Concini, maréchal d’Ancre, est assassiné à l’entrée du Louvre par des fidèles serviteurs du jeune…

L’assassinat du duc de Guise

Ce tableau est une réplique d’atelier d’une œuvre conservée au musée Condé du château de Chantilly. Le tableau original a été commandé par…

L’assassinat d’Henri IV peint au XIXe siècle

Une peinture de circonstance

Charles-Gustave Housez s’inscrit dans la tradition de l’exaltation d’Henri IV (1553-1610) depuis le début du XIX…

Henri IV terrassant l’hydre

Un portrait mythologique dans un contexte de guerres civiles

Ces deux tableaux, malgré leur écart chronologique de deux siècles, sont des…

Henri IV terrassant l’hydre
Henri IV terrassant l’hydre

La majorité de Louis XIII

La fin de la régence

Afin de satisfaire aux ambitions de la reine mère Marie de Médicis, le peintre anversois Rubens, alors au faîte de sa gloire…