Quatre soldats - un Français, un Anglais, un Italien et un Américain - avec la statue de la Liberté

Quatre soldats - un Français, un Anglais, un Italien et un Américain - avec la statue de la Liberté

Date de création : 1918

Date représentée : 1917

H. : 71 cm

L. : 54 cm

Musée 422 / 4 FI 30-2789. Dédicace de l'artiste : "Respectueux et cordial hommage à Madame et Monsieur Davaine. A Saint-Amand. 13 septembre 1926". Titre manuscrit de l'exemplaire de cette lithographie au Musée de l'Histoire contemporaine, F1 83 : La lutte

© Archives départementales du Nord - Cliché J.-L. Thieffry

Lien vers l'institution

Musée 422 / 4 FI 30-2789

L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

Date de publication : Octobre 2003

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS et Marine VASSEUR

L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

L’intervention des Américains

Les Etats-Unis, qui avaient d’abord résolu de rester neutres, en 1914, sont entrés en guerre, le 6 avril 1917, aux côtés de l’Entente – France, Royaume-Uni, Russie – et de ses alliés – Belgique, Serbie, Japon, puis Italie, Roumanie, Portugal, Grèce et Chine. La « guerre sous-marine à outrance » décidée par les Allemands qui
torpillent les navires commerciaux neutres et leurs intrigues au Mexique ont précipité les Américains dans l’autre camp. Au printemps 1918, les Allemands dégagés du front de l’Est car les Russes se sont retirés du combat à la suite de la révolution d’Octobre (armistice en décembre 1917 et traité de Brest-Litovsk le 3 mars 1918) peuvent reprendre leurs attaques à l’ouest.

Mais, à partir de mars 1918[1] principalement, les Etats-Unis envoient en Europe une armée qui, au moment de l’armistice, dépassera deux millions d’hommes. Sans cette intervention extra-européenne décidée en 1917, l’Entente était surpassée en effectifs et financièrement ruinée. En juin et juillet 1918, la 2e division américaine contribue efficacement à interdire la progression des Allemands vers Paris.

Une fraternité d’armes pour le combat de la Liberté

Cette lithographie de 71 cm sur 54 cm met en scène les quatre principaux alliés de la fin du premier conflit mondial[2]. Tel un génie tutélaire, la statue de la Liberté, offerte par la France pour le centenaire de l’indépendance américaine, domine la composition. Cette Liberté n’a pas les traits féminins de la statue de Bartholdi, mais un visage farouche. Car l’allégorie donne sens à la fraternité d’armes de trois soldats, un français, un anglais et un italien, côte à côte dans une tranchée, et à l’engagement, d’un militaire américain debout, prêt à l’action.

Le bras levé de la statue est coupé par le cadrage, mais la scène de la tranchée, au premier plan, resplendit pourtant en pleine lumière, comme éclairée par son flambeau invisible. Le dessin vigoureux de Lucien Jonas[3], peintre militaire pendant la guerre de 14-18, figure ici les combattants accrochés à la défense du territoire et brosse différemment, comme une immense apparition émergeant des ténèbres, l’allégorie puissante de la Liberté. La composition et le style distinguent ainsi deux plans, celui de la réalité visible et celui de l’élan épique qui l’anime. Les soldats, tout à leur devoir, scrutent la ligne de front, mais la Liberté regarde le spectateur dans les yeux, faisant appel à sa conscience.

Accroupi au bord de la tranchée, le soldat français, qui porte l’insigne du 127e régiment d’infanterie de Valenciennes, touche de la main le sol sacré de la mère patrie, prêt à bondir. La défense de la terre n’est pas ici une abstraction. Le territoire national est envahi. Des milliers d’hommes se battent quotidiennement pour lui et font corps, vivants ou morts, avec cette terre dans les tranchées. Son fusil posé, le soldat britannique, équipé d’un des premiers modèles de masque à gaz, se dresse courageusement, en compagnon d’armes résolu et sans crainte. Le bersagliero italien occupe une place plus en retrait. Devant eux gît, abandonné, un casque à ergots, utilisé par l’armée allemande à partir de février 1916, signe dérisoire de la proximité de l’ennemi.

Par rapport aux autres belligérants englués dans l’univers des tranchées, le soldat américain coiffé d’un casque se dresse debout, le pied gauche en avant, baïonnette au canon du fusil. Il est cependant l’élément neuf, prêt au mouvement. Aux soldats et aux civils, il apporte l’espérance de la victoire.

La lutte pour la liberté, mystique de guerre

Lucien Jonas a réalisé, en octobre 1917, une autre lithographie intitulée « Hardi les gars, j’arrive »[4], qui présente une composition proche mais non la même conviction. Ici, l’intensité du message réside dans son dépouillement : nos soldats unis combattent sans relâche pour la défense de la liberté ; la situation figée des tranchées peut être renversée par les nouveaux effectifs américains. A l’occasion du 14 juillet 1918, l’artiste montre que le désintéressement héroïque des combattants est animé par la valeur suprême de la Liberté. La statue de Bartholdi, souvent utilisée par les affichistes, symbolise ici à la fois la fraternité des pays issus de révolutions démocratiques et la détermination inébranlable des Alliés née de la justesse de leur cause.

L’artiste témoigne de la conviction exceptionnelle qu’avaient les pays de l’Entente de défendre la liberté. Son dessin éclaire une interrogation profonde : comment la Première Guerre mondiale a-t-elle pu cristalliser un tel phénomène de résistance et de sacrifice de la part de millions de combattants et de civils pendant quatre ans ? Georges Bernanos, ancien combattant lui-même, l’analysera en 1941 (Georges Bernanos, Lettre aux Anglais, 1941) : « Il n’est pas de guerre possible sans une mystique de guerre et c’est le peuple, non la bourgeoisie, qui a donné à la guerre de 1914 sa mystique. C’est finalement contre le nationalisme et le militarisme allemands que se sont élevés nos hommes. » Le peuple de France a cru faire cette guerre, « pour le Droit, la Justice, la paix universelle », pour accomplir « la mission que l’histoire lui aurait confiée, comme tous les combattants l’ont appris sur les bancs de l’école républicaine de Jules Ferry ».

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

Georges BERNANOS, Lettre aux Anglais Paris, Gallimard, 1946.

Jean-Baptiste DUROSELLE La Grande Guerre des Français 1914-1918 Paris, Perrin, 1998.

Les Affiches de la Grande Guerre Historial de la Grande Guerre, Amiens, Martelle Editions, 1998.

Mario ISNENGHI La Première Guerre mondiale Paris-Florence, Casterman-Giunti, 1993.

Journal de la France et des Français, chronologie politique, culturelle et religieuse, de Clovis à 2000 Paris, Gallimard, 2001.

Claudine WALLART « Sur une affiche de Lucien Jonas », in Cent images, cent textes, cent ans à Valenciennes, Valentiana, Revue d’histoire des Pays du Hainaut Français n° 25-26, numéro double 1er-2e semestre 2000.

Luce-Marie ALBIGÈS et Marine VASSEUR, « L’intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/intervention-etats-unis-premiere-guerre-mondiale

Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
Je suis en 3ème et votre site m'a beaucoup aidé pour mes oeuvres d'histoires des arts, je n'ai en rien copié votre travail, j'ai juste pris des impressions écrans pour avoir des images de votre animation. Bref, je voulais savoir comment appeler cette oeuvre, enfin le mot est mal choisi, est-ce une peinture ? Est-ce une affiche ? Qu'est-ce enfaite ? Car je l'apprécie, elle est au XXème siècle comme on me le demande donc j'aimerai la prendre mais pour ça il faudrait que je sache ce qu'elle est.
Merci beaucoup d'avance, et merci pour ce site !

ven 04/01/2013 - 15:28 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Merci pour l'intérêt que vous portez à notre site !

L’œuvre présentée ici est une lithographie (c'est une technique qui permet d'imprimer des illustrations en multiples exemplaires).

A bientôt !

Anne-Lise

ven 04/01/2013 - 17:03 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

je voudrais savoir sur l’œuvre de Lucien Jonas, comment l'Allemagne était représenter? Et aussi, je n'ai pas très bien compris ce qu'était une lithographie, j'ai beau avoir lu la définition sa ne m'avance pas

sam 16/03/2013 - 15:30 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L’hôtel des Invalides

Une pièce d’un programme iconographique politique

Voulue par Louis XIV, l’édification de l’hôtel des Invalides au sud-ouest de Paris est…

L’hôtel des Invalides
L’hôtel des Invalides

Le peuple mangeur de rois

La Révolution française, période privilégiée pour les caricatures politiques, multiplie le recours aux allégories mythologiques malgré le décalage…

Allégorie du Retour des Bourbons le 24 avril 1814 : Louis XVIII relevant la France de ses ruines

La monarchie restaurée

Nul n’aurait songé à restaurer les Bourbons sur le trône de France si la défaite puis l’abdication de Napoléon n’avaient…

La Grande Mademoiselle

Un portrait allégorique

Les portraits d’Anne-Marie-Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, dite la Grande Mademoiselle, sont nombreux et les…

Le prince de Condé

Le prince et le peintre

Le 19 mai 1643, le jeune Louis II de Bourbon, duc d’Enghien, fils aîné du prince de Condé et cousin du roi de France,…

La décoration picturale de l'Hôtel de ville de Paris

La reconstruction de l’hôtel de ville de Paris après la Commune

Au terme de la semaine sanglante, les communards qui se repliaient devant l’armée…

La défense de Paris en 1870

Les ballons du siège de Paris

Dès les premiers jours du siège, dans la lignée revendiquée des aérostiers de 1793 et alors que des ballons captifs…

La défense de Paris en 1870
La défense de Paris en 1870

I Want You for U.S. Army

1917, tournant de la Grande Guerre

Paru en juillet 1916, le dessin I Want You for U.S. Army est recyclé en affiche et largement diffusé pendant…

L'Atelier du peintre. Allégorie réelle. Gustave Courbet

Courbet, peintre réaliste de la société

« C’est le monde qui vient se faire peindre chez moi »

En 1854 ou 1855, Gustave Courbet peignit un grand tableau de 6 mètres sur 3 mètres, L’…

LA FRANCE OFFRANT LA LIBERTÉ À L’AMÉRIQUE   SUAU Jean (1755 - 1841)

La France offrant la Liberté à l’Amérique

Jean Suau est un peintre d’histoire quelque peu oublié, né en 1755 et mort en 1841. Il fut l’élève du chevalier de Rivalz (Pierre Rivalz) et le…