Olympia.

Olympia.

Auteur : MANET Edouard

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1863

Date représentée :

H. : 130,5 cm

L. : 191 cm

huile sur toile. Peinture exposée au Salon de 1865.

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 644 - 02-013676

Le scandale de la réalité

Date de publication : Mars 2022

Auteur : Nadine FATTOUH-MALVAUD

Le scandale de la réalité

Le scandale de la réalité

En 1863, Victorine Meurent, modèle préféré de Manet dans les années 1860, pose pour ce nu jugé à l’époque comme le plus scandaleux des nus féminins jamais peints. Si l’œuvre est acceptée au Salon de 1865, c’est que le jury craint l’organisation d’un nouveau « Salon des refusés », comme en 1863. Mais elle fut ridiculisée et injuriée avec une rare violence, ce qui affecta Manet, qui cherchait à s’inscrire dans la suite des maîtres du passé.
Certains pourtant, comme Zola, surent déceler la modernité de cette œuvre offerte à l’Etat en 1890 grâce à une souscription publique organisée par Claude Monet.

Cette œuvre a choqué par son sujet comme par son traitement. Le sujet s’inscrit pourtant dans la tradition du nu féminin cultivée par Titien, Vélasquez ou Goya, entre autres, ainsi que par des peintres académiques de l’époque de Manet. Mais tandis que ces nus-là trouvaient leur légitimité sous un couvert mythologique, allégorique ou symbolique, Manet peint le portrait d’une prostituée mise en scène comme telle. Le titre lui-même explicite le sujet (Olympia était un surnom courant chez les courtisanes de l’époque), de même que le petit chat noir à droite, allusion érotique évidente, ou le bouquet de fleurs tendu vers le premier plan par la servante noire. Ce bouquet, certainement envoyé par un amant, a été ressenti à l’époque comme une suprême provocation de la part de Manet.

Le traitement du corps a été une autre cause de scandale. En effet, si la composition s’inspire largement de La Vénus d’Urbino de Titien, le nu en est très éloigné : ici, aucune idéalisation, peu de modelé et un traitement en aplats fermement cernés de noir qui va à l’encontre des principes académiques. Les couleurs froides accentuent la dureté des aplats, mais l’équilibre des roses, des blancs et des noirs témoigne des talents de coloriste de Manet.

Enfin, l’assurance de cette femme, son regard droit et franc ont été ressentis comme une provocation supplémentaire de la part de l’artiste ; d’aucuns ont cru y voir l’influence évidente des photographies de prostituées de l’époque. Mais ce qui a le plus frappé les meilleurs critiques du moment, ce n’était pas le sujet – provocant, certes –, mais l’éblouissant « morceau de peinture », par exemple dans toutes les nuances de blanc, de crème et de rose qui s’étagent de bas en haut, du drap à la robe de la servante. « Vous avez admirablement réussi à faire une œuvre de peintre, de grand peintre [...] à traduire énergiquement et dans un langage particulier les vérités de la lumière et de l’ombre, les réalités des objets et des créatures », écrivit Zola.

La provocation n’était pourtant pas le but de Manet. Sa démarche était dictée par la sincérité. « J’ai fait ce que j’ai vu », écrivit-il pour se défendre. Mais Olympia est une œuvre de rupture. C’est le dernier jalon d’une tradition qui remonte à la Renaissance italienne. Elle ouvre la voie à la modernité, aux images d’une réalité contemporaine non idéalisée (dont se réclameront les impressionnistes) et elle inaugure, de Degas à Lautrec en passant par Zola (Nana), le thème artistique et littéraire de la prostituée vue sous l’angle du réalisme et non plus de la poésie d’un Dumas fils.

Collectif, catalogue de l'exposition au Grand-Palais, Manet notice n° 64, Paris, RMN, 1983.Collectif, catalogue de l'exposition au Grand Palais, Impressionnisme - Les origines Paris, RMN, 1994.

Nadine FATTOUH-MALVAUD, « Le scandale de la réalité », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/scandale-realite

Anonyme (non vérifié)

Merci pour cette analyse très pertinente qui m'a énormément aidé à réaliser un devoir d'art

mer 20/11/2013 - 20:18 Permalien
Anonyme (non vérifié)

J'y vois également une ressemblance avec "Danaé" de Artemisia Gentileschi.

mar 21/10/2014 - 14:14 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Très bonne présentation et analyse synthétique de cette œuvre!
Merci!!

dim 09/11/2014 - 15:31 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Merci vraiment beaucoup ! cette analyse est vraiment pertinante et m'a beaucoup aider pour un oral de francais ^^

mar 29/09/2015 - 22:25 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

je suis professeur de français pour étrangers (FLE), et ce genre de matériel (vidéo avec diction suffisamment lente pour être comprise par des élèves de niveau intermédiaire + transcription de qualité), culturel et intéressant, est malheureusement fort rare ; n'y aurait-il pas la possibilité de télécharger cette vidéo ? Faut-il s'abonner au site internet ?

Bien cordialement,

Alexis Livier

mar 10/11/2015 - 23:10 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La traite des planches ou la prostitution au spectacle

La traite des planches ou la prostitution au spectacle.

Le dessin de Degas comme la photographie de la vedette Polaire attestent l’engouement…

La traite des planches ou la prostitution au spectacle
La traite des planches ou la prostitution au spectacle

Réjane, comédienne et interprète de la Belle Époque

Le Boulevard et sa reine

La diffusion, sous forme de cartes postales, des portraits photographiques des actrices est, à la Belle Époque, la…

Les femmes, la guerre et la paix

Un pacifisme né de la Grande Guerre

Les syndicats européens, anticapitalistes, se positionnent à l’écart de l’Internationale où règnent les…

Les femmes, la guerre et la paix
Les femmes, la guerre et la paix

Le mythe de la pétroleuse

Naissance des « pétroleuses »

Durant la « Semaine sanglante », tant pour des raisons symboliques que pour des motivations tactiques, la Commune…

Le mythe de la pétroleuse
Le mythe de la pétroleuse

Les « Années folles »

Montmartre, cœur des années folles

Deux places mythiques de la nuit parisienne ponctuent le boulevard de Clichy, qui sert de déambulatoire à la…

Les « Années folles »
Les « Années folles »
Autoportrait avec deux élèves - Adélaïde Labille-Guiard

Adélaïde Labille-Guiard

Le triomphe d’une académicienne

En 1785, dans le salon carré du Louvre, non loin du Serment des Horaces de Jacques Louis David (1748-1825),…

Jenny l'ouvrière héroïne de roman

Le développement de la lecture et de la littérature populaires au XIXe siècle

À la fin du XIXe siècle, le genre du roman-feuilleton « populaire »,…

La Dame aux camélias

Marie Duplessis, muse de Dumas

Le dessin à l’aquarelle de Camille Roqueplan représente Marie Duplessis, qui fut probablement la toute première…

La Dame aux camélias
La Dame aux camélias

Marie Curie et la presse

Marie Curie, femme de science

Marya Sklodowska est née à Varsovie, en 1867, en Pologne alors partie intégrante de l’Empire russe et décède en…

Marie Curie et la presse
Marie Curie et la presse

Le thème de l’entremetteuse

L’influence de la Rome baroque

Pietro Paolini est un peintre italien baroque du XVIIe siècle. Né à Lucques en Toscane, en 1603, il a…