Aller au contenu principal
Napoléon I<sup>er</sup> visite le Salon du Louvre et distribue aux artistes des croix de la Légion d'honneur

Napoléon Ier visite le Salon du Louvre et distribue aux artistes des croix de la Légion d'honneur

Date représentée : 22 octobre 1808

H. : 350 cm

L. : 640 cm

Huile sur toile

Domaine : Peintures

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

90EE1295/MV 6347

Les artistes serviteurs de l'Empire

Date de publication : Mars 2014

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS

Napoléon Ier poursuivit la politique entamée sous le Consulat pour reconstruire une société « atomisée » par la destruction de l’Ancien Régime. La création de la Légion d’honneur, le 19 mai 1802, concrétisa cette mission. Il s’agissait non de rétablir un ordre aristocratique, mais d’extraire une élite dévouée au bien commun, modèle de l’Honneur, vertu civique, pour les autres Français. Bien que la Légion d’honneur dût en principe récompenser « tous les genres de mérites et bon services », l’ordre fut surtout l’apanage de l’armée. Bon nombre d’artistes cependant en furent gratifiés, que l’Empereur, conseillé par Dominique Vivant Denon, le directeur du musée Napoléon (le Louvre), savait utiliser pour « magnifier son règne ». Les « légionnaires » devinrent ainsi les intermédiaires entre le pouvoir et l’opinion. Les artistes, surtout les peintres, tinrent avec succès ce rôle, nourrissant par l’image la légende napoléonienne.

Gros représente ici le moment solennel où l’Empereur remet la Légion d’honneur à David, le plus grand peintre de la Révolution et de l’Empire. On reconnaît, dans le groupe féminin, l’impératrice Joséphine et Hortense de Beauharnais. Au centre de la composition, l’Empereur, revêtu de l’habit vert des chasseurs de la garde impériale, porte le grand cordon de la Légion d’honneur en écharpe. Derrière David, et de gauche à droite, on reconnaît Prud’hon, Carle Vernet, Cartellier, Gros, Girodet, puis au second plan, Gérard et Guérin. Duroc se tient à la droite de l’Empereur, portant le coffret contenant les décorations. On aperçoit également à la droite de l’Empereur Dominique Vivant Denon.

Comme l’écrivit Denon en 1804 : « Sa Majesté l’Empereur (…) daignera visiter cette Exposition et c’est là que, d’après l’examen qu’il fera de vos travaux, sa munificence et sa justice dispenseront les primes et les encouragements aux Artistes dont les Ouvrages auront mérité l’estime de leurs concurrents et du public. »

Au Salon de 1808, Napoléon souhaita honorer David de la croix en or d’officier de l’ordre de la Légion d’honneur. Parmi les lauréats, il semble que Gros avait été oublié : ceux portés sur l’acte ministériel avaient été déjà appelés, et toutes les décorations remises. Dans un geste brusque, Napoléon détacha sa propre croix de la Légion d’honneur et la remit à Gros en lui donnant l’accolade. Faut-il croire en la vérité historique d’une telle anecdote, rapportée par les premiers biographes de l’artiste ? Toujours est-il que la propagande impériale, désireuse de montrer son souverain empli d’humanité et de simplicité, s’empara de ce fait qui ressemble fort à une mise en scène.

Le fait que les artistes présents lors de cette remise de décorations commandèrent eux-mêmes cette composition à Gros est en soi révélateur de l’importance qu’ils accordaient alors aux récompenses officielles. Gros laissa l’œuvre inachevée. Napoléon III la reçut en don de Mme J. Bowes et l’offrit au Musée impérial en 1868.

D’un point de vue stylistique, il n’est pas sans intérêt, enfin, pour comprendre tout ce qui sépare les deux artistes, de comparer cette toile inachevée de Gros au Serment du Jeu de paume de David, son maître : le mouvement et la vibration de la lumière propres au peintre des Pestiférés de Jaffa sont déjà présents au stade de l’esquisse, là où précisément David construit pas à pas, mais fermement, son modelé parfait.

Annie JOURDAN Napoléon, héros, imperator, mécène Paris, Aubier, 1998.Claire CONSTANS Musée national du château de Versailles.Les Peintures, 2 vol.Paris, RMN, 1995.

Robert FOHR et Pascal TORRÈS, « Les artistes serviteurs de l'Empire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 21/04/2024. URL : histoire-image.org/etudes/artistes-serviteurs-empire

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke

Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke

Personnalité éminente sous le Second Empire, le comte Émilien O’Hara de Nieuwerkerke (1811-1892) a une origine doublement royale et doublement…

Pasteur par Albert Edelfelt (1885)

Pasteur par Albert Edelfelt (1885)

La découverte du vaccin contre la rage

Au début des années 1880, le chimiste français Louis Pasteur (1822-1895) a atteint le sommet d’une longue…

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

A la mort de Louis XVIII en 1824, son frère le comte d'Artois (1757-1836) accède au trône et porte jusqu’aux Trois Glorieuses le nom de Charles X…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Une bataille de la Renaissance par un peintre troubadour pour servir la monarchie de Juillet

Dans le but de concilier les héritages…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
Les artistes serviteurs de l'Empire

Les artistes serviteurs de l'Empire

Napoléon Ier poursuivit la politique entamée sous le Consulat pour reconstruire une société « atomisée » par la destruction de l’Ancien…

Le banquet du mariage de Napoléon et Marie-Louise

Le banquet du mariage de Napoléon et Marie-Louise

Un mariage selon l’étiquette

Au faîte de sa puissance, Napoléon divorce d’avec Joséphine et cherche un nouveau « ventre » qui puisse lui assurer…

Le Trésor des conquêtes impériales

Le Trésor des conquêtes impériales

9 thermidor an VI : « fête de la Liberté et des Arts »

Ouvert en 1793 par la Convention, le Muséum central des arts installé au Louvre présentait…

Le Trésor des conquêtes impériales
Le Trésor des conquêtes impériales
Le Trésor des conquêtes impériales
"Tanagra" par Jean-Léon Gérôme

"Tanagra" par Jean-Léon Gérôme

Une œuvre inspirée par la mode des « Tanagra »

A la fin des années 1860, les habitants de plusieurs villages de Béotie proches de l’antique cité…

Vue du Salon du Louvre

Vue du Salon du Louvre

La cinquantaine d’œuvres que nous connaissons de Gabriel-Jacques de Saint-Aubin révèle un goût particulier pour des scènes de la vie courante,…

Vue de la Seine au XVIII<sup>e</sup> siècle

Vue de la Seine au XVIIIe siècle

L’œil de Paris

La vue de la Seine en aval du pont neuf est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite sur le quai Malaquais ou des…