Denis Diderot, écrivain.

Denis Diderot, écrivain.

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1767

Date représentée :

H. : 81

L. : 65

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

http://www.photo.rmn.fr

10-501233 / RF1958

Denis Diderot

Date de publication : Octobre 2012

Auteur : Pascal DUPUY

Denis Diderot (1713-1784) est surtout connu et célébré pour avoir dirigé avec d’Alembert (1717-1783), au milieu du XVIIIe siècle, la publication d’une entreprise éditoriale monumentale : l’Encyclopédie. Mais à côté de ce travail auquel il consacrait le plus clair de son temps, il a aussi, de 1759 à 1781, en homme des Lumières intéressé par toutes les activités de l’esprit, donné des comptes-rendus des Salons, tenus tous les deux ans au Louvre, sous la forme de longues descriptions des œuvres exposées, agrémentées de réflexions philosophiques, esthétiques et sociales.

Au Salon de 1767 est exposé son propre portrait exécuté par Louis-Michel Van Loo (1707-1771). Héritier d’une longue dynastie de peintres et d’artistes d’origine néerlandaise installés en France au XVIIe siècle, formé à la peinture d’histoire, primé par l’Académie royale en 1725, il est aussi l’un des membres fondateurs de l’Académie de Madrid. Il connaîtra la notoriété avec des portraits de grand format comme celui qu’il exécute de son ami Diderot. Ce dernier en donnera un long commentaire enjoué dans son Salon de 1767, soulignant son caractère « vivant », sa « douceur », sa « vivacité », le modèle s’affichant « joli comme une femme, lorgnant, souriant, mignard, faisant le petit bec, la bouche en cœur ». À la fermeture du Salon, l’artiste offrira l’œuvre à Diderot dont les héritiers la légueront au Louvre en 1911.

Diderot alors âgé de cinquante-quatre ans est assis à sa table de travail avec tous les accessoires associés à l’homme de lettres : l’écritoire, la plume, les feuillets d’un manuscrit qui bientôt deviendra un livre et auquel l’auteur est en train de travailler. Vu légèrement de biais, tête nue, le philosophe est vêtu d’une luxueuse robe de chambre, un habit de convention qu’il portait également dans un autoportrait datant de 1763. Tout entier à ses pensées, saisi par l’inspiration, Diderot est comme surpris dans son travail, dans une pose artificielle, mais que l’artiste a souhaitée sans fard.

Plusieurs portraits peints et gravés de Diderot sont parvenus jusqu’à nous, mais en nombre bien plus limité que ceux conservés de Voltaire ou de Rousseau. Il semble que le philosophe était réticent à se laisser portraiturer. D’ailleurs, il reproche à son ami le manque de vérité du portrait : « Mes enfants, s’exclame-t-il, je vous préviens que ce n’est pas moi ! » Il se trouve trop « riant, mignon, efféminé, vieux-coquet ». Il est vrai que les autres portraits conservés de Diderot donnent une image plus vigoureuse du penseur, même si les critiques du Salon de 1767 ne contestent pas, eux, la ressemblance avec le modèle.

Ce portrait révèle aussi l’amitié qui liait Van Loo et Diderot, ainsi que la volonté du peintre de faire surgir le génie bouillant du penseur et sa bonhomie. Comme les nombreux autres tableaux et gravures du temps représentant les philosophes des Lumières, cette œuvre témoigne de l’importance de la diffusion des idéaux philosophiques dans une Europe fascinée par les idées nouvelles.

Pour en savoir plus : http://www.panoramadelart.com/van-loo-denis-diderot-ecrivain

· Diderot et l’Art de Boucher à David. Les Salons : 1759-1781, catalogue de l’exposition de l’hôtel de la Monnaie, Paris, R.M.N., 1984.

· Pierre ROSENBERG, Catalogue illustré des peintures, Ecole française, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, R.M.N., 1974.

Pascal DUPUY, « Denis Diderot », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/denis-diderot

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les salons au XVIIIe siècle

Une sociabilité aristocratique et mondaine

Commande de Joséphine Beauharnais, ce tableau du peintre Lemonnier a été exposé au Salon de 1814. Le…

Les jésuites chez les francs-maçons

Les loges maçonniques instrument du complot jésuite

Au milieu des années 1760, la Compagnie de Jésus a été jugée incompatible avec les lois…

L’affaire Calas

Un des grands combats de Voltaire contre l’erreur judiciaire

L’affaire Jean Calas commence le 13 octobre 1761, lorsque ce négociant protestant…

L’affaire Calas
L’affaire Calas
La Bête du Gévaudan

La Bête du Gévaudan

Un fait divers spectaculaire, amplifié par la presse

Entre juin 1764 et juin 1767, le comté historique du Gévaudan, entre l’Auvergne et le…

La Bête du Gévaudan
La Bête du Gévaudan
La Bête du Gévaudan

Une halle révolutionnaire

Nourrir la capitale

Le geste monumental traduit par les plans de Le Camus de Mézières et le dessin anonyme antérieur à 1836 vient résoudre un…

Une halle révolutionnaire
Une halle révolutionnaire

Catherine II, un despote éclairé face à la Révolution française

Une autocrate, financière des Lumières puis de la contre-Révolution

Depuis 1762, Catherine II règne en autocrate (unique détentrice d’un pouvoir…

Voltaire nu ou le Vieillard Idéal

François Marie Arouet dit Voltaire (1694-1778) est le philosophe des Lumières par excellence. Son succès littéraire public débute grâce aux pièces…

L'incendie de Rennes

Les stigmates d’une ville meurtrie

Le 23 décembre 1720, en début de soirée, un incendie prend pour cadre la ville de Rennes, chef-lieu d’…

Planches de l’Encyclopédie

Composés de quelque 60 000 articles, les dix-sept volumes de textes de l’Encyclopédie s’accompagnent de onze volumes de planches. Des…

Planches de l’<i>Encyclopédie</i>
Planches de l’<i>Encyclopédie</i>

La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV

La démission du parlement de Bretagne et l’arrestation du procureur général La Chalotais (1765)

À l’issue de la désastreuse guerre de Sept Ans (…

La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV
La Chalotais, symbole de la lutte contre le despotisme ministériel sous Louis XV